En ce moment
 

Les règles pour l'octroi des logements sociaux plus souples: voici ceux qui seront favorisés

 

Les règles pour attribuer les logements publics en Wallonie vont changer au 1er janvier. L'objectif du Gouvernement wallon est de donner le logement le plus adéquat à chaque personne en demande, notamment les familles. Christophe Clément et Alain Hougardy détaillent les changements.

Ne dites plus logement social, mais logement public. Sur le fond, le gouvernement assouplit et simplifie les critères d’octroi des logements. Le système à points demeure, mais désormais, une seule grille d’attribution sera appliquée au lieu de trois auparavant. "Suite aux affaires qui ont touché le service public, on a mis des règles à ce point encadrées qu’elles amènent des effets pervers du type : un certain nombre de logements inoccupés, on parle de plus de 5.000 logements inoccupés en Wallonie, parce que les règles actuelles font qu’on attribue pas suffisamment rapidement", a expliqué Paul Furlan, ministre Wallon des Pouvoirs Locaux, de la Ville, du Logement et de l’Energie, au micro de Christophe Clément pour le RTLInfo 13H.


Plafond plus haut

Le nouveau mécanisme devrait mieux répondre aux urgences sociales, il favorisera également les familles monoparentales, les personnes isolées de plus de 65 ans et les jeunes de moins de 25 ans. Les plafonds de revenus permettant d’accéder aux logements publics seront revus à la hausse : 56.900€ pour un isolé et 69.400€ pour un ménage. "Ce qui permet aussi à des locataires qui jouissent de revenus moyens de pourvoir être présents dans les logements publics, d’avoir une plus grande mixité dans les quartiers et éviter cette stigmatisation où on a le sentiment d’avoir de grands HLM qui deviennent des ghettos", a fait remarquer Maxime Prévôt, vice-président du Gouvernement wallon.


"Dépolitiser"

"Pour dépolitiser, il y a d’une part des critères très objectifs d’attribution et puis il y a des comités d’attribution qui ne seront plus composés d’élus. C’est vrai que si on a un mandataire, un élu qui peut à un moment donné attribuer un logement, il peut être tenté de le faire à quelqu’un qui ensuite va lui donner sa voix. Demain, grâce à une dépolitisation complète, on aura la meilleure objectivité", a assuré Paul Magnette, ministre-président wallon.

A travers quinze mesures, le gouvernement entend proposer des habitations plus adaptées à la taille des familles. Enfin, les propriétaires pourront, eux aussi, disposer d’un logement public, en échange, ils devront confier leur bien à une agence immobilière sociale.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos