Les "corbeaux" se multiplient en Belgique. Le SPF Finances a reçu 2.610 dénonciations en tous genres l'an dernier, soit en moyenne sept dénonciations par jour, un chiffre qui a doublé sur un an et même quintuplé en cinq ans, révèle ce jeudi le journal Le Soir.
 

Au contrôleur de juger 

Quelle que soit la plainte, fondée ou pas, anonyme ou non, le fisc doit d'ouvrir un dossier et la traiter. Le SPF Finances n'a toutefois pas de statistiques sur la proportion de plaintes abusives ou malveillantes. Le SFP Finances n'enquête cependant pas en détail sur chaque dossier, c'est au contrôleur de juger s'il dispose de suffisamment d'éléments concrets pour lancer une enquête.     

 

Pourquoi une telle hausse ?

Cette hausse du nombre de dénonciations touchant les affaires fiscales peut s'expliquer par la publicité faite à l'augmentation des dossiers de ce type ces dernières années, mais aussi par "la dégradation de l'image du fraudeur fiscal ces derniers mois. La crise a également laissé des traces et les gens supportent sans doute de moins en moins l'inégalité fiscale", explique la porte-parole du SPF Finances, Florence Angelici.     

 

Les affaires fiscales pas les seules concernées

Les affaires fiscales ne sont pas les seules concernées par les délations. L'Inspection sociale reçoit également chaque année quelques centaines de dénonciations de travail au noir, mais à peine une sur quatre s'avère justifiée. L'Onem reçoit de temps en temps des plaintes concernant le recours abusif au droit de chômage, mais refuse d'étudier les dénonciations anonymes, indique Le Soir.