La bande de motards est dans le collimateur de la justice. Une cinquantaine de policiers de la police locale accompagnés d\'inspecteurs de l\'AFSCA et de l\'Onem ont effectué lundi une descente dans des locaux qui servent de base aux \"Hells Angels\", rue de Marchiennes à Charleroi.

L\'attention des autorités judiciaires carolorégiennes avait été attirée par les agissements de cette bande internationale de motards, qui avaient dû quitter Liège pour venir à Charleroi où certains de leurs débordements ont été signalés régulièrement: des voisins se sont plaints de faits de tapage nocturne et d\'utilisation privative de la chaussée, où ces motards barraient carrément le passage pour pouvoir mieux circuler à moto.

Trois établissements de la rue où ils se réunissent régulièrement ont fait l\'objet de cette descente et une série de PV ont été dressés. Quatre personnes signalées et recherchées ont été privées de liberté pour être entendues.

Les policiers ont encore interpellé une personne portant une arme prohibée, une autre qui s\'est rebellée, une qui a porté atteinte à l\'ordre public.

Les enquêteurs ont aussi saisi de la drogue et ils ont noté le fait que le local des \"Hells Angels\" était équipé d\'une caméra de surveillance donnant sur la chaussée, ce qu\'une législation récente interdit formellement. Les motos des membres de la bande ont aussi été contrôlées et des vérifications seront opérées sur les modèles transformés.

L\'opération a duré près de deux heures et malgré un climat tendu, elle n\'a débouché sur aucun incident majeur. D\'autres actions identiques sont envisagées, indique-t-on encore auprès de la police locale.