La livraison d'armes de la FN à la Libye qu'a autorisée le gouvernement wallon le 8 juin n'était pas de nature à avoir une incidence néfaste sur la situation des droits de l'homme dans ce pays. C'est ce qu'a souligné lundi le ministre-président Rudy Demotte en Commission du parlement wallon en réponse à une question de Richard Miller (MR).
L'armement exporté devait être utilisé pour protéger un couloir humanitaire entre le port libyen de Bengazi et le Soudan et ce, afin d'acheminer l'aide alimentaire vers les réfugiés du Darfour dans le cadre du World Food Program des Nations Unies, a-t-il expliqué. M. Demotte a également indiqué que, contrairement aux informations qui ont circulé avant les vacances, plus de 100 licences d'exportation vers la Libye ont été accordées par des pays européens en 2006 et 2007, notamment par la France, le Royaume Uni, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ou l'Autriche. (HIE)