Bart De Wever, le président de la NV-A, allié du CD&V, était jusqu’ici connu pour sa volonté séparatiste maintes fois répétée ainsi que pour sa vision caricaturale des habitants du sud du pays, ces francophones fainéants et assistés qui « pompent » l’argent de l’honnête contribuable flamand. Mais il semblerait que dans la famille De Wever, tout le monde ne soit pas de cet avis.

Karina, 40 ans, est anversoise et est la sœur de Bart De Wever. Mais depuis janvier dernier, l’ainée du « trublion institutionnel » est domiciliée dans le petit village gaumais de Poncelle, près de Tintigny. Fait plus étonnant : elle est allocataire sociale, de surcroit affiliée à la FGTB ! Une information des journaux du groupe Sud Presse.

Un plan de vie radicalement différent du petit frère

Que Karina nous pardonne notre titre choc. Si elle touche effectivement 900€ d’allocations sociales par mois en Wallonie, ayant fait transférer son dossier du VDAB de Boom au Forem d’Arlon, ce n’est pas par choix d’être assistée et de ne rien faire de sa vie.

La sœur de Bart De Wever fait partie d’une communauté baptisée Lorién. Cette communauté composée de familles presque toutes anversoises est occupée à rénover des bâtiments vétustes pour, à terme, en faire un lieu collectif de vie guidé par une philosophie de « retour à la nature ». La communauté habite actuellement sur le chantier, dans des caravanes, et Karina suit une formation en Français et recherche activement du travail dans la région.

Bart De Wever dévie l’attention sur la famille de Didier Reynders

Interrogé sur Karina, Bart De Wever a répondu lundi soir au quotidien Belang Van Limburg : « Ma sœur n’a rien à voir avec ma carrière politique. Qu’on la laisse en paix. Vous êtes des vautours. »

Visiblement irrité par cette révélation, le président de la NV-A a cherché à faire diversion : « Vous feriez mieux d’investiguer sur les activités en tant qu’architecte du frère de Didier Reynders. »