Le ministre des Finances, Steven Vanackere, et le commissaire européen aux affaires économiques, Olli Rehn, se sont rencontrés vendredi après-midi pour discuter des efforts budgétaires supplémentaires réclamés à la Belgique par l'exécutif européen, mais peu d'informations ont filtré à propos de cet entretien. Le gouvernement fédéral a toutefois décidé de geler temporairement environ un milliard d'euros de dépenses, dans l'attente du contrôle budgétaire prévu début février, selon de bonnes sources.

La Commission européenne a mis en garde fin décembre la Belgique à propos de son budget fédéral pour 2012 en jugeant que le chiffre du déficit prévu par le gouvernement Di Rupo 1er était trop optimiste.

 

Calculs divergents

Le budget fédéral pour 2012 prévoit une croissance économique de 0,8% et un déficit du PIB de 2,8%. L'Europe, de son côté, calcule qu'avec une croissance de 0,8%, le déficit pour 2012 atteindra les 3,1% du PIB, soit 0,1% de plus que le maximum autorisé en matière de déficit. Olli Rehn souhaite dès lors que la Belgique prévoie de 1,2 à 2 milliards d'efforts budgétaires supplémentaires d'ici lundi matin pour le budget 2012.

De son côté, le gouvernement fédéral reste convaincu que son projet de budget permet d'atteindre, avec une croissance de 0,8% en 2012, un déficit budgétaire limité à 2,9% du PIB cette année. Le Conseil ministériel restreint a toutefois décidé de geler temporairement environ un milliard d'euros de dépenses.

 

Contrôle début février

Tant Steven Vanackere qu'Olivier Chastel ont aussi confirmé la tenue d'un contrôle budgétaire début février pour prendre de nouvelles mesures. Le vice-premier ministre Didier Reynders a abondé dans ce sens.