"J'ai décidé de déclarer l'ambassadeur persona non grata", a déclaré le ministre néerlandais des Affaires étrangères Uri Rosenthal, cité dans un communiqué, invoquant comme raisons le massacre de Houla (centre) et le non-respect par la Syrie de résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. "Il ne faut plus collaborer avec un pays qui a à sa tête un tel président", a ajouté M. Rosenthal, en référence au président syrien Bachar al-Assad. La Haye "ne recevra plus" Mohammad Ayman Jamil Soussan, a-t-il précisé. L'ambassadeur réside en fait à Bruxelles, où il représente son pays à la fois auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg et des institutions européennes. Il doit rencontrer à 18H00 le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui devrait lui signifier son expulsion. La Belgique n'a toutefois pas encore officialisé cette annonce, préférant attendre la tenue d'une réunion du comité de politique et de sécurité (COPS), qui réunit les représentants des 27 Etats membres de l'UE à Bruxelles.