La ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet a cherché mercredi, en plénière du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à "rétablir la vérité" sur l'imbroglio médiatico-politique de la veille concernant les congés scolaires, sous le chahut de l'opposition MR.
Les réseaux sociaux ont fourmillé de commentaires passionnels mardi en semblant découvrir, à la lecture d'un article de presse abondamment repris sur les sites d'actualité, que les vacances et congés scolaires portaient, pour l'administration, des noms aussi neutres que "vacances d'hiver" ou "congé de détente" (pour vacances de Noël et de Carnaval). La ministre Simonet (cdH), qui reprend ces appellations officielles dans un projet de décret visant à pérenniser les dates de vacances et congés scolaires, a jugé "piquant" qu'on les lui attribue. Un arrêté de 2000 et un décret de 2002 signés notamment du ministre de l'Enseignement de l'époque, le libéral Pierre Hazette, les mentionnaient déjà, a-t-elle rappelé. Dans les rangs du MR, on évoque plutôt un texte de... 1984, remontant au ministre socialiste Robert Urbain. L'objet réel du projet de décret actuel est de simplifier la confection de l'agenda scolaire, a martelé la ministre. Les dates de congé et de vacances y sont en effet définies de manière à pouvoir les anticiper aisément d'une année à l'autre. "C'est une mesure de bonne gestion, de simplification administrative", a commenté Mme Simonet, qui a rappelé la longueur et la complexité de la confection actuelle du calendrier. Mais pour le MR, la motivation profonde du texte est encore ailleurs: il s'agit de couler en décret une dérogation permettant de déplacer des jours de congé en fonction de raisons religieuses. "Mais c'était déjà le cas dans l'arrêté de 1984", s'est étonnée la ministre Simonet. "Pas de manière aussi formelle" à travers un décret, a estimé M. Borsus. La ministre a quitté la tribune en jugeant bienvenu le "congé de Pâques" pour changer certains esprits. Willy Borsus a souhaité un bon "congé de détente", confondant au passage cette appellation avec celle des "vacances de printemps" qui débutent lundi. (PVO)