En ce moment
 

"TRAHISON": voici la réaction de Di Rupo à l'annonce choc du cdH

 

Ce lundi en début d’après-midi, le monde politique belge a vécu un véritable séisme. Le président du cdH, Benoît Lutgen, a annoncé que son parti ne souhaitait plus gouverner avec le Parti socialiste. Il appelle "le MR, Ecolo, Défi et tous ceux qui partagent (ses) constats à former de nouvelles majorités positives en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles".

Différents membres du PS participaient à un bureau de parti quand M. Lugten a fait son annonce. S’en est suivie une réunion de crise. A la sortie de celle-ci, les politiques PS avaient la mine sévère. Ils ont tous indiqué à notre journaliste Loïc Parmentier qu’ils ne s’exprimeraient pas et qu’une communication serait donnée dans les prochaines heures. "Je n’ai pas entendu la communication du cdH donc je ne me permettrai pas de faire de commentaire", a juste lâché Emir Kir.


"La décision du cdH bloque toute avancée rapide en faveur des Wallons et des Bruxellois"

Et la communication est arrivée peu avant 16h30. "Le Président du Parti Socialiste prend acte de la trahison du cdH. Il invite tout un chacun à ne pas être dupe des justifications invoquées par le Président du cdH. A l’heure où le PS se positionne clairement en faveur du décumul, le CdH a manifestement pris peur.

Plusieurs formations politiques ont été concernées par les affaires. Le PS a déjà pris des mesures nécessaires pour restaurer la confiance des citoyens envers les institutions démocratiques. Le travail se poursuit en interne et le PS espère qu’il sera rejoint par d’autres formations politiques. Face aux difficultés, le cdH a manifestement choisi de déserter.

Récemment, tant le gouvernement wallon que le gouvernement bruxellois, auxquels les socialistes participent, ont pris des mesures radicales pour moraliser la vie publique. De surcroît, les gouvernements régionaux sont engagés dans un travail de fond pour développer l’économie et améliorer la vie quotidienne des citoyens. La décision du cdH bloque toute avancée rapide en faveur des Wallons et des Bruxellois. C’est une attitude irresponsable.

Pour sa part, le PS continue son travail pour améliorer le fonctionnement démocratique et répondre aux exigences des citoyens. Quelles que soient les circonstances, le PS, ses élus et ses militants se mobiliseront pour défendre les enjeux essentiels : le pouvoir d’achat, l’emploi, le logement, l’éducation…", peut-on lire dans le communiqué de presse.


La réaction de Laurette Onkelinx

Laurette Onkelinx a également réagi à l'annonce en soulignant que face "aux difficultés liées au comportement inacceptable de certains de ses membres", le PS avait pris le taureau par les cornes, non seulement par des sanctions et réformes internes, mais aussi en participant très activement au renouveau par des projets de décrets et d'ordonnances pour changer la gouvernance. "Le partenaire cdH se retire donc de tous les gouvernements où il siège. C'est son droit, c'est étonnant", a commenté Mme Onkelinx, ajoutant que "d'autres formations dont le cdH connaissent des problèmes d'ordre éthique avec certains de leurs membres et savent comme nous que ces réformes sont indispensables"

Quoi qu'il en soit, la fédération bruxelloise du PS maintient son assemblée de vendredi, le 23 juin consacrée aux "réformes éthiques internes dont le décumul des mandats ou des rémunérations ne peuvent pas attendre", a encore dit Mme Onkelinx.


Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos