En ce moment
 

Beau bulletin pour les médias en matière de protection des mineurs

 

(Belga) Dans leur très grande majorité, les éditeurs et les distributeurs actifs en Fédération Wallonie-Bruxelles ont respecté l'an dernier leurs obligations en matière de protection des mineurs, estime le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) dans son premier rapport sur le sujet jeudi.

Parmi les différents outils et mesures existants pour protéger les mineurs de certains contenus audiovisuels et contrôlés par le CSA, le plus concret et visible est sans nul doute la signalétique appliquée aux programmes. Cette mesure relève de la responsabilité de l'éditeur qui doit évaluer la pertinence des contenus en fonction de l'âge des publics destinataires. Il dispose pour ce faire de recommandations du CSA et de bases de données disponibles entre autres aux Pays-Bas et en France. En second lieu figurent les dispositifs de contrôle parental. Dans ce cas-ci, c'est aux distributeurs (comme VOO ou Proximus) qu'il revient de garantir l'existence d'un code d'accès parental. Enfin, il existe aussi des mesures d'avertissement relatif à la nocivité de la consommation télévisuelle pour les enfants de moins de trois ans. Selon le CSA, la règlement en la matière en FWB est l'une des plus strictes d'Europe. "Dans ce contexte de concurrence, les éditeurs et les distributeurs régulés par le CSA remplissent non seulement leurs obligations, mais sont aussi sensibles à cette question et contribuent à professionnaliser les dispositifs de protection des mineurs", relève le Conseil. Si le bulletin tant des éditeurs que des distributeurs est "clairement positif", quelques manquements ont tout de même été notés. Le CSA relève que la plateforme RTBF Auvio ne respecte pas l'obligation d'apposer un code parental aux contenus concernés. De leur côté, Telenet et Proximus n'activent pas "par défaut" le code parental pour les moins de 12 ans. Enfin, l'avertissement pour les publics de moins de trois ans n'apparait pas sur les plateformes de Proximus. Compte tenu du contexte concurrentiel défini plus haut, "le CSA peut se montrer relativement souple dans l'interprétation des mesures techniques particulières sur les plateformes ouvertes". Mais il "restera en revanche extrêmement attentif à la manière dont les opérateurs informent leurs utilisateurs". Des auditions se tiendront en septembre pour permettre aux distributeurs d'être entendus sur les griefs retenus à leur encontre. (Belga)

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos