En ce moment
 

Ça y est, un mouvement politique "En-marche" est né en Belgique

Ça y est, un mouvement politique
 

Depuis l'arrivée puis la réussite phénoménale du mouvement "En marche!" qui a amené son fondateur, Emmanuel Macron, au sommet du pouvoir en France, et qui a triomphé aux élections législatives, on se demandait si une initiative similaire allait surgir en Belgique où, comme chez nos voisins, le ras-le-bol des citoyens vis-à-vis des partis traditionnels est une réalité. C'est finalement Jean-Yves Huwart, 42 ans, ancien journaliste reconverti avec succès dans la création d'espaces de co-working ainsi que dans la mise en réseau de ces espaces à travers le monde, qui a franchi le pas. Son mouvement En-marche.be, d'inspiration social-libérale, compte une centaine de sympathisants issus de la société civile, parmi lesquels de nombreux entrepreneurs issus de l'économie numérique. "Nous voulons changer le cadre de référence. Il faut sortir de ce mode de fonctionnement fermé dans lequel la priorité des partis est bien souvent de nourrir leurs propres cadres. J’ai vu de près cette lourdeur, ce décalage entre les intentions et les réalisations", explique Jean-Yves Huwart dans le magazine Trends-Tendances. Si la philosophie et les idées rapprochent intimement le collectif naissant du mouvement d'Emmanuel Macron, cela s'arrête là. Il n'a en effet pas été créé à partir de la France. Les initiateurs belges du projet ont juste informé le parti français de l'existence de leur bébé.

Le mouvement s'est d'abord concentré sur l'établissement d'une charte des valeurs sur lequel il compte s'appuyer dans son évolution future. Tout en haut figure l'égalité des chances: "Nous voulons mettre en place une société garantissant l’égalité des chances: tel est le premier objectif du mouvement." Parmi les autres piliers: pragmatisme, innovation, solidarité et transparence.

En cours d'élaboration, le programme se construit sur le même mode participatif que la charte des valeurs, à travers des groupes de travail où tout le monde peut s'exprimer. "Nous ne prétendons pas aboutir à un truc ficelé, prêt à l’emploi. Nous aurons quelque chose de flexible, qui se nourrira des influx de toutes les personnes qui nous rejoindront", précise Jean-Yves Huwart, originaire de Champion près de Namur.

Une série de propositions a déjà émergé dans les domaines de l'économie, la gouvernance, le développement durable, l'aide à la personne et l'éducation/enseignement. Sur le plan de la bonne gouvernance, particulièrement évoquée dans les derniers mois suite aux multiples scandales éclaboussant les grands partis, on trouve "le décumul intégral des mandats électifs (pour éviter les conflits d'intérêts)" ou encore "une limite à une seule réélection dans un mandat, pour assurer une plus grande mobilité entre politique et société". En économie, En-marche.be souhaite "remplacer le plan Marshall et la logique des plans verticaux et compartimentés, inadaptés aux dynamiques modernes". Pour Bruxelles, ce collectif citoyen veut mettre en place une stratégie qui en finisse avec "l'appauvrissement continu des ménages bruxellois".

L'aventure ne fait que démarrer pour ce jeune mouvement qui compte sur de nombreuses adhésions, ainsi que des dons, essentiellement via le site internet En marche.be, pour assurer son développement dans les semaines et mois à venir.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos