En ce moment
 

Pascal Smet, le ministre bruxellois de la mobilité, lance un appel aux navetteurs wallons: "Qu'ils regardent dans leur voiture, à gauche et à droite, ils sont tous seuls!"

"On doit, comme Carlo Di Antonio a dit, et je suis pour, réserver une bande pour les voitures partagées"
Pascal Smet - L
641182
 

Ce matin, le ministre sp.a de la mobilité en région bruxelloise était l'invité de Martin Buxant à 7h50 sur Bel RTL.

Dans l'interview politique de Martin Buxant sur Bel RTL, Pascal Smet a vivement encouragé les navetteurs wallons à partager leur voiture.

"Il y a une chose que les navetteurs  wallons doivent comprendre, j'en appelle à eux. Qu'ils regardent dans leur voiture, à gauche et à droite, ils sont tous seuls. Je les comprends, je suis un ancien navetteur. Le fait qu'on est un embouteillage, c'est que chaque jour, 200.000 navetteurs décident d'arriver  seul dans leur voiture. Si seulement 1 sur 10 décide de partager la voiture, on va avoir 40% en mois d'embouteillages. Si 20%, 1 sur 5 décide de faire ça, il n'y a plus d'embouteillages"

Comment peut-on forcer ça ?

"On doit par exemple, comme Di Antonio a dit en Wallonie, et je suis pour, réserver une bande pour  les voitures partagées. Et on doit obliger la Flandre, et là c'est un combat conjoint qu'on va faire, et d'ailleurs, on en parle maintenant. Y'a pas une solution miracle, on en va pas vendre ça aux gens. Pour que les navetteurs comprennent que les Bruxellois ont droit à une qualité de vie. Le temps du tout pour les navetteurs, tout pour la voiture et rien pour les Bruxellois, c'est fini". 

Enfin, il a expliqué que le dialogue entre les ministres de la mobilité des trois régions du pays était restauré. Il assure que la question du partage de voitures est sur la table. 

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos