En ce moment
 

Six des sept ministres du nouveau gouvernement wallon ont oublié de déclarer des mandats: ils s'expliquent

 

Six des sept ministres du nouveau gouvernement wallon, entré en fonction le 28 juillet dernier, ont omis de déclarer certains de leurs mandats, fonctions ou professions, l'exception étant Carlo Di Antonio (cdH), a affirmé vendredi le site Cumuleo, qui détaille les mandats exercés en cumul par les mandataires politiques en Belgique.


Un oubli?

La Cour des comptes a publié vendredi matin la nouvelle liste des mandats, fonctions et professions exercés par les mandataires politiques et les hauts fonctionnaires. Cumuleo a commencé à intégrer ces données dans sa base de données, a expliqué le fondateur et gestionnaire du site, Christophe Van Gheluwe, parlant d'un "constat édifiant". Car, selon lui, six des sept ministres wallons - dont le ministre-président Willy Borsus (MR) - ont omis de déclarer certains de leurs mandats, fonctions ou professions.


"Ces manquements ne constituent pas une exception"

M. Borsus n'a pas déclaré - ou pas jusqu'au bout - trois mandats, dont deux ont échu en 2013 et 2015, alors que le troisième, celui d'administrateur de l'asbl Gestion et Action Libérale (GAL), court depuis le 22 décembre 2009, indique Cumuleo, sans préciser si ces mandats sont/étaient rémunérés. "Ces manquements ne constituent pas une exception puisque depuis le lancement de Cumuleo en 2009, plus de 700 mandats, fonctions ou professions non déclarés ont été ajoutés", souligne le site. Il annonce aussi le lancement du programme MandatsLeaks: à partir de la semaine prochaine, chaque lundi, Cumuleo publiera une série de mandats non déclarés.


Willy Borsus dit avoir renoncé à deux mandats et formalise le renoncement à un 3ème

Le ministre-président wallon, Willy Borsus (MR), a assuré vendredi avoir abandonné en 2010 et 2014 deux mandats publics, présentés comme non déclarés par le site Cumuleo, et annoncé sa volonté de faire acter le renoncement à un troisième, "lié à sa fonction au sein du MR et qu'il n'exerce plus".

Selon Cumuleo, M. Borsus n'a pas déclaré, ou pas jusqu'au bout, trois mandats, dont deux ont échu en 2013 et 2015, alors que le troisième, celui d'administrateur de l'asbl Gestion et Action Libérale (GAL), court depuis le 22 décembre 2009.

"Concernant le Conseil d'administration (de l'Union) des Villes et Communes, j'en ai démissionné le 30 octobre 2014 avec effet immédiat", a déclaré M. Borsus dans un communiqué, en joignant la lettre de démission qu'il avait adressée à cette date au président de l'UVCW, Jacques Gobert. Le ministre-président ajoute avoir démissionné le 22 octobre 2010 de sa fonction d'administrateur de l'asbl Maison du Tourisme Condroz-Famenne, en publiant la délibération du conseil communal du Somme-Leuze qui acte la candidature de l'échevine Valérie Lecomte pour le remplacer. "Concernant le GAL, l'asbl de financement du MR, il s'agit d'un mandat non rémunéré lié à ma fonction au sein du MR, mandat que je n'exerce plus, ce que je vais faire acter formellement", conclut M. Borsus.


Alda Greoli assure avoir renoncé à ses huit mandats, dont sept non rémunérés

La vice-présidente du gouvernement wallon, Alda Greoli (cdH), a indiqué vendredi avoir mis fin à la plupart des sept mandats publics - tous "à titre gratuit" - qu'elle exerçait par le passé après être devenue en août 2014 cheffe de cabinet du ministre Maxime Prévot et que le site Cumuleo présente comme non déclarés.

Selon ce site, Mme Greoli, qui est également vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a mis fin à cinq mandats sans les déclarer jusqu'au bout, alors que deux autres, en cours depuis respectivement 2008 et 2015, n'ont pas été déclarés. "L'entièreté des sept mandats mentionnés l'ont tous été à titre gratuit", a affirmé la ministre dans un communiqué. Selon elle, la plupart de ces mandats étaient dérivés de sa fonction de secrétaire nationale des Mutualités chrétiennes (MC). "Il y a été mis fin alors qu'elle était encore cheffe de cabinet du ministre Prévot, afin d'éviter tout conflit d'intérêt", a poursuivi Mme Greoli. Elle a assuré qu'elle a, en devenant ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles en avril 2016, quitté "immédiatement le seul mandat rémunéré qu'elle comptait alors", à la Société fédérale de Participations et d'Investissement (SFPI) - que le site Cumuleo ne recense pour sa part pas.


René Collin se défend de toute omission volontaire

Le ministre wallon René Collin s'est défendu vendredi d'avoir volontairement omis de déclarer deux mandats non rémunérés, comme l'affirme le site Cumuleo. Selon ce site, M. Collin (cdH) n'a pas déclaré deux mandats publics, celui d'administrateur en 2015 et 2016 de l'agence du Tourisme de l'Est de la Belgique, une fondation d'utilité publique, et celui d'administrateur avec voix consultative de l'asbl Maison du tourisme du Pays de la Haute-Lesse du 20 juin 2007 au 22 juillet 2014.

Le ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme, du Patrimoine et Délégué à la Grande Région a, dans un communiqué, précisé qu'il n'était "jamais allé siéger comme administrateur" de l'agence du Tourisme de l'Est de la Belgique, "bien que les statuts de cette agence prévoient la présence du ministre de la Wallonie compétent pour le Tourisme ou de son représentant au Conseil d'administration".

M. Collin ajoute qu'il fera néanmoins le nécessaire pour assurer la correction pour le passé et désignera un représentant (pour ce mandat gratuit) qui accompagnera le délégué du Commissariat général au Tourisme, celui-ci étant également représenté au sein du conseil d'administration. Il a aussi souligné que son mandat à la Maison du Tourisme du Pays de la Haute Lesse, avec simple voix consultative, "est dérivé de son ancienne fonction de député provincial au Tourisme, mandat qui s'est clôturé en juillet 2014, dès son arrivée au sein du gouvernement wallon".

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos