Le découverte de fondation des remparts, à environ 1,50 m de profondeur et d'une épaisseur de moins de deux mètres à cet endroit, était prévisible dans le cadre du chantier de démolition de la gare de Mons. L'ancienne muraille était en effet située à l'endroit de la gare en cours de démolition et dans son prolongement. Une équipe de la Commission royale des Monuments et Sites a été envoyée sur place, selon la société Eurogare responsable du chantier de la future gare de Mons.

 

Pas d'incidence sur le chantier

Les remparts de la ville de Mons, fortifications construites entre 1816 et 1825 sous le régime hollandais, avaient été percés en 1841 pour permettre l'entrée dans la ville de la ligne de chemin de fer dite "du Midi", reliant Bruxelles à la frontière française à Quiévrain. La première gare de Mons, construite en face de l'espace de la gare actuel, avait été mise en service en 1842.

La société Eurogare a confirmé que la découverte des fondations des anciens remparts, à droite de l'espace de l'ancienne gare, n'aura aucune incidence sur le chantier de démolition.