"Cela devait hélas arriver. Nous assistons ces dernières années à une libération de la parole antisémite. Elle reprend du poil de la bête, notamment à travers les discours de l'humoriste Dieudonné ou du député Laurent Louis", estime M. Rubinfeld. "La fusillade de ce samedi est le résultat inévitable d'un climat qui distille la haine."

"Le plus important aujourd'hui est d'arrêter les responsables de la fusillade, qui, pour moi, n'est autre qu'un acte terroriste, et de les traduire en justice. Mais demain, il faudra également user de tous les moyens légaux pour faire taire les prêcheurs de haine qui ont une responsabilité dans la propagation du virus antisémite", ajoute-t-il.

"Il s'agit d'un combat qui ne concerne pas que la communauté juive mais l'ensemble du pays et ses valeurs fondamentales", a-t-il conclu.