Douze individus majeurs ont été incarcérés et deux mineurs placés en centre fermé, à la suite d'une série d'opérations menées dans la région de Mons-Borinage de mi-mai à début juillet et ce, dans un dossier de trafic de stupéfiants, a indiqué mardi la police de la zone boraine dans un communiqué.

Au total, 19 mandats de perquisition ont été exécutés et 23 personnes interpellées, entre le 16 mai et le 10 juillet, à Colfontaine, Frameries, Boussu, Mons, Quaregnon et Cuesmes.
Les forces de l'ordre ont découvert: 850 grammes de marijuana, un peu plus de 26 grammes de cocaïne, quelques grammes d'héroïne, 165 grammes de produit de coupe, 650 pilules d'ecstasy ainsi qu'une arme GP (Grande Puissance) avec chargeur plein.
Lors des dernières opérations menées mardi dans des habitations de Cuesmes et de Colfontaine, les enquêteurs ont trouvé une pièce entièrement équipée pour la culture de cannabis (maintien du taux d'humidité, de la température, de la luminosité, etc.), mais aucun plant. Le service d'enquête et de recherche (SER) de la police boraine, qui a commencé à travailler sur cette affaire en mars, soupçonnait quatre hommes bien connus de la justice d'écouler de la marijuana et de la cocaïne, à savoir Boubaker B., le chef de la bande, Angelo L., Jean-Philippe M. et Yannick F. Ceux-ci se fournissaient en dérivés de cannabis à Rotterdam (Pays-Bas) et, au moins une fois par semaine, avaient leur propre clientèle à Frameries, Quaregnon, Boussu et Colfontaine. Certains d'entre eux étaient dealers depuis des années, bien qu'ils aient déjà été arrêtés et incarcérés pour ce type de faits. A noter qu'un des volets de ce dossier concernait la vente de stupéfiants dans une cité de Colfontaine, où les volumes écoulés posaient de sérieux problèmes de voisinage et de sécurité.