En ce moment
 

85 administrateurs aux TEC, 11 pour De Lijn… Un proposition de fusion va peut-être réduire ce déséquilibre

 

Faut-il fusionner les différentes sociétés régionales des TEC en une seule entité? La piste est envisagée par le groupe qui gère en ce moment les transports en commun wallon. Cette structure unique aurait, évidemment, beaucoup moins d'administrateurs à payer. Benjamin Brone et Alain Hougardy se sont penchés sur la question pour le RTL info 13h.

La piste privilégiée pour la réforme du groupe TEC est une structure unique, rassemblant les cinq sociétés régionales actuelles (Charleroi, Liège-Verviers, Namur-Luxembourg, Hainaut et Brabant wallon) ainsi que la Société régionale wallonne du transport (SRWT).

L'audit réalisé par EY propose plusieurs pistes pour réformer l'entreprise publique, dont la création d'une société unique. Cette proposition aurait la préférence du ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio. "La formule fusion est plus propre puisqu'on aura une seule société mais il faut avoir la garantie de garder l'efficacité et la proximité sur le terrain", explique-t-il dans le RTL info 13h.

Cette proposition ne plait donc pas à tout le monde: beaucoup d'élus locaux siègent au sein des conseils d'administration: le TEC wallon, divisé en 6 entités, compte 85 administrateurs contre 11 administrateurs dans la structure unique des transports en commun flamands, De Lijn. Cela représente 325.278 euros de jetons de présence en Wallonie, contre 84.946 en Flandre.


Le MR souhaite "maintenir l'ancrage local"

En réalité, cette économie est une goutte d'eau dans les 500 millions de budget annuel des TEC. Mais elle ouvre la porte d'une réforme, plus large, qui suscite des inquiétudes.

"Il faut évidemment maintenir l'ancrage local. La proximité, les dépôts, évidemment, vont rester. On en a besoin en zone rurale", estime Pierre-Yves Jeholet, député MR.

La question est éminemment idéologique. Alors que la gauche plaide pour un renforcement du service public, le MR souhaite augmenter le rôle des sous-traitants privés dans le transport des voyageurs.

M. Di Antonio a souligné que le maintien du volume d'emploi est garanti en cas d'évolution structurelle.

 

 

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos