Quelque 500 produits de luxe contrefaits ont été détruits vendredi sur le site de Tour & Taxis. L'action avait pour but d'insister sur l'importance de l'accord anticontrefaçon ACTA (Anti Counterfeiting Trade Agreement), actuellement en discussion au Parlement européen. Si vous avez acheté une montre ou un sac de luxe sur un marché à l’étranger, il y a des risques qu’ils finissent leur course sur un tas de contrefaçons.  Toute une panoplie d’accessoires de mode saisis par les douanes belges. "La qualité du produit est flagrante. C’est du plastique au lieu d’être duc cuivre. Quand on ouvre les produits, on a une bouffée de produits chimiques. C’est parfois même nocif pour les douaniers et les consommateurs." , a indiqué Annick Mottet Haugaard, avocate. En 2011, quelque 103 millions de produits contrefaits ont été interceptés rien qu'en Europe

Broyés et incinérés

Dans certains cartons, interceptés à l’aéroport de Bruxelles-National, on trouve certaines surprises. Par exemple, bien cachée dans une boîte de jouets,  une fausse montre de luxe. Des paquets qui viennent essentiellement d’Asie et qui attirent l’attention des douaniers.  Pour lutter contre les trafics de ces objets, les marques procèdent alors à une  destruction radicale, pour s’assurer qu’il ne se retrouve plus sur le marché, les produits sont d’abord broyés un par un ce camion. Ils sont ensuite transportés dans une décharge où ils sont incinérés.

A l’arrivée, ce stock de marchandise d’une valeur réelle de près de 400 000 euros n’est plus qu’un petit tas de déchets.