Les conducteurs belges et espagnols, flashés pour excès de vitesse par des radars automatiques en France, seront poursuivis à partir du 1er juillet, a indiqué lundi le délégué interministériel à la Sécurité routière Jean-Luc Nevache, confirmant des informations de l'Est Républicain et du Figaro. A partir du 1er juillet, l'Agence nationale du traitement automatisé des infractions (Antai), installée à Rennes, aura accès aux fichiers belges et espagnols et pourra envoyer dans la langue du pays les PV.

 

Et les automobilistes français "flashés" en Belgique?

C'est déjà le cas pour la Suisse et le Luxembourg (seulement les départements de Moselle et Meurthe-et-Moselle pour le Luxembourg). Les accords avec ces deux pays ont permis de recouvrer les deux tiers des amendes. Les accords signés avec la Belgique et l'Espagne fonctionneront dans les deux sens. Les automobilistes français pourront ainsi être poursuivis en Belgique et en Espagne.

 

Les Allemands sont les plus sanctionnés

L'Antai traite chaque année 12 millions d'infractions routières dont 25 % sont le fait d'automobiliste étrangers, les Allemands étant les conducteurs les plus sanctionnés avec entre 500.000 et 1 million d'infractions. Les conducteurs étrangers sont impliqués dans 9 % des accidents mortels.

 

Directive européenne en 2013

Ces accords bilatéraux permettent de devancer une directive européenne qui doit entrer en application en 2013 et qui établit la liste de huit infractions (notamment excès de vitesse et feux rouges grillés) donnant lieu obligatoirement à des poursuites au sein de l'UE. Des négociations pour obtenir les mêmes accords ont déjà commencé avec l'Allemagne et d'autres vont commencer bientôt avec l'Italie et Monaco.