Une manifestation était organisée ce vendredi matin dans les "beaux" quartiers de Bruxelles. Plus de 9.000 personnes avaient répondu à l'appel de la FGTB. Le but de ce rassemblement était de rappeler que le syndicat socialiste est contre l'austérité et souhaite une fiscalité qu'elle estime plus juste. "Il n'y a pas de fatalité. Des solutions existent au travers d'une relance économique et de créations d'emplois de qualité. Des allocations sociales dignes de ce nom", a déclaré Anne Demelenne, Secrétaire Générale de la FGTB au micro d'Alexandre Carette pour Bel RTL.

 

Pourquoi choisir cet endroit?

Le cortège a pris le départ à 10 heures depuis la place Brugmann à Ixelles et s'est dirigé vers la place du Châtelain. Habituellement, les manifestations se déroulent entre les gares du Nord et du Midi. Mais cette fois, c'est un quartier chic qui a été choisi. "C'est un quartier choisi tout particulièrement parce qu'il abrite, malheureusement, des rentiers qui éludent l'impôt. C'est pour ça que nous allons défiler dans les rues d'Ixelles ", a encore ajouté Anne Demelenne au micro de notre collègue de Bel RTL. "Avec les nouvelles mesures que le gouvernement nous prépare, ça va plonger à peu près 500.000 personnes en dessous du seuil de pauvreté. Je ne sais pas si c’est comme ça que la Belgique va payer ses dettes, en affamant son peuple", a précisé un manifestant au micro de Sébastien Rosenfeld pour RTL TVI.

 

Les commerçants sont révoltés

Les très nombreux commerçants du quartier ont trouvé cette manifestation révoltante. La police les a contactés jeudi et leur a conseillé de ne pas ouvrir leurs magasins afin d'éviter tous débordements. Nous avons contacté l'un d'entre eux. Il a dit ne pas comprendre cette manifestation. Pour ce jeune homme de 29 ans qui a ouvert son commerce il y a 4 ans, "c'est la crise pour tout le monde". "Je suis là depuis 9 heures pour voir si mon commerce n'est pas abîmé. C'est révoltant d'empêcher les autres de travailler. Je bosse comme un fou et j'ai trois employés. Mon chiffre va en pâtir. S'ils veulent plus d'argent rien ne les empêche d'en faire", nous a-t-il confié. "Seules des épiceries sont ouvertes. Elles vont vendre des boissons. Les manifestants sont déjà à la chope", a-t-il encore ajouté.

 

"Un quartier de travailleurs"

Un autre commerçant a tenu à rappeler qu'il n'y avait pas que des riches dans ces quartiers: "Il y a des bureaux d’avocats, des commerces, il y a des commerçants, des indépendants, il y a un peu de tout dans ce quartier. Ce sont des gens qui travaillent qui veulent s’offrir parfois une belle cuisine, qui vont parfois faire aussi un prêt pour se la payer. Donc, on n'est pas vraiment dans un quartier de rentiers, c’est un quartier de travailleurs."

Et de conclure: "J'espère que la place Brugmann sera nettoyée après. Les commerçants ont peur que cela fasse fuir les clients pour le reste du week-end". Les commerces présents le long du cortège ont rouvert dès la fin de la manifestation.

 

Le trafic très perturbé

Cette manifestation a généré de nombreux embarras de circulation dans la capitale. Le trafic était presque à l'arrêt sur le boulevard Général Jacques en direction du Bois de la Cambre. Toujours dans le Bois de la Cambre, ça a fort freiné à l'entrée en haut de l'avenue De Fré. L'avenue Louise était aussi complètement encombrée dans les deux sens, tout comme l'avenue Brugmann. La manifestation a duré un peu plus de deux heures. Le cortège s’est disloqué peu avant 13h.

 

Le prince Laurent en invité surprise

Une image un peu surréaliste a été filmée lors de cette manifestation: le prince Laurent traversant la foule. "Il n’avait pas l’air très rassuré", a indiqué notre journaliste sur place Dominique Henrotte. Un manifestant a d’ailleurs pris l’apparition du prince Laurent avec humour: "Et bien maintenant, on peut dire que le prince Laurent est socialiste", a-t-il confié à notre journaliste.