On en aura bientôt fini avec le chlore dans les piscines wallonnes, rapporte Bernard Lobet, pour Bel RTL. Le conseil d'état vient de donner son feu vert à de nouvelles règles qui entreront en vigueur en avril. Elles imposeront des conditions d'hygiène et de contrôle plus sévères et permettront aussi d'utiliser d'autres moyens de désinfection que le chlore, qui ne sera pas pour autant interdit.



Selon les dernières études, le chlore est nocif

Si les autorités wallonnes veulent changer les règles, c’est parce que l’utilisation du chlore comme désinfectant est du plus en plus souvent dénoncée par des études toxicologiques. Le professeur Alfred Bernard (UCL) a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises et depuis de longues années. Selon lui, les enfants de moins de 7 ans ne devraient tout simplement pas fréquenter les piscines publiques. Une fois mélangé à une eau chargée en matières organiques (urine, salive, sueur), le chlore devient un produit toxique et est la cause de lésions pulmonaires et d’allergies chez de nombreux nageurs.



Il existe d'autres techniques pour désinfecter l'eau

Les nouvelles dispositions définissent clairement la possibilité d’utiliser différents moyens de désinfection de l’eau, des méthodes techniques alternatives et moins nocives que le chlore, comme par exemple, la désinfection au bromure, le procédé électrophysique cuivre/argent, le traitement à l'ozone, etc. Jusqu’à présent, la législation ne prévoyait que le seul emploi du chlore comme désinfectant.



Le changement effectif en avril

Le ministre wallon de  l’environnement, l’écolo Philippe Henry, a l’intention de faire passer le texte définitif en troisième et dernière lecture devant le gouvernement wallon au début du mois de mars. Les nouveaux arrêtés sur les bassins de natation devraient entrer en vigueur en avril.