50 pays rassemblés à Bruxelles pour le droit à l'avortement: "C'est une mobilisation pour les femmes, pas contre quelqu'un"

 

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, s'est réjoui jeudi de voir que presque 50 pays se sont rassemblés à l'occasion de la conférence internationale des donateurs 'She Decides' à Bruxelles. M. De Croo a rappelé qu'il s'agissait "d'une mobilisation pour les femmes, pas contre quelqu'un". La plate-forme de récolte de fonds a en effet été lancée en réaction à la décision de Donald Trump, en janvier dernier, d'arrêter de financer les ONG défendant l'accès à l'avortement.

Alexander De Croo a ouvert l'événement qui vise à accroître le soutien financier et politique à la santé et aux droits sexuels et reproductifs des femmes ainsi que des filles dans le monde, aux côtés de ses homologues suédoise, danoise et néerlandaise. La conférence donne le coup d'envoi d'une campagne de levée de fonds destinée à financer les ONG actives dans le domaine.

La décision de l'administration Trump entraîne, pour les associations impliquées dans la planification familiale et les droits des femmes dans les pays en développement, un manque de 600 millions de dollars par an. Un trou que la coalition des pays présents à Bruxelles tente de combler. Actuellement, la Belgique (10 millions d'euros), la Suède (21 millions), le Danemark (10 millions) et les Pays-Bas (10 millions) ont contribué pour environ 50 millions à destination de 'She Decides'.

"Nous espérons que cette somme augmentera significativement à la fin de cette journée", a lancé M. de Croo. Ce dernier et ses homologues ont donc souligné l'importance de rassembler une large coalition de gouvernements, d'organisations, mais aussi de citoyens. "Les droits sexuels et reproductifs des femmes dans le monde sont le fondement de l'égalité des genres", a-t-il pointé.

"Nous avons fait des progrès énormes durant les dernières décennies en matière de droits sexuels et reproductifs. Mais le choix purement idéologique d'un pays, ne peut pas pousser des milliers de femmes et de filles à nouveau dans l'obscurité. Nous avons un choix et une voix. Ce qui nous rassemble aujourd'hui, c'est la volonté de nous mobiliser ensemble, non contre quelqu'un, mais pour des milliers de femmes", a conclu M. De Croo à l'ouverture de la conférence.

La ministre néerlandaise du Commerce Extérieur et de la Coopération au développement, Lilianne Ploumen, a créé la plate-forme 'She Decides' le 24 janvier dernier. Les contributions financières récoltées seront reversées aux organisations spécialisées dans la santé et les droits sexuels et reproductifs ainsi que le planning familial dans les pays en développement. "Lorsque j'ai lancé 'She Decides', je n'ai pas imaginé un tel engouement. Cette conférence n'est que le début du mouvement. Notre coalition souhaite ainsi manifester sa mobilisation et son soutien aux personnes qui en ont besoin", a insisté Mme Ploumen.

La ministre néerlandaise rencontrera l'administration Trump en avril prochain. "J'espère avoir l'opportunité de leur faire changer de position", a-t-elle fait savoir. Quelques jours après son investiture, le président américain Donald Trump a annoncé le rétablissement du "Global Gag Rule" (ou "règle du bâillon mondial"). Le décret interdit le financement par les Etats-Unis d'ONG qui proposent des services d'avortement légal et délivrent une information complète en matière de santé sexuelle et reproductive.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Dernières infos

Vidéos

vidéos