En ce moment
 
 

Marie, 19 ans et nageuse de haut niveau, a eu des soucis gynécologiques à cause du sport: "Ça dérègle beaucoup le corps"

 
 

On dit que le sport, c'est bon pour la santé. Mais il peut aussi parfois pour les femmes être une source d'inconfort, voire de problèmes gynécologiques. Que ce soit au niveau des règles ou des grossesses, les questions sont nombreuses. Et c'est là qu'intervient une spécialité médicale peu connue : la "gynécologie du sport". Découverte.

Marie est en plein test à l'effort: 10 minutes intensive de course sur tapis. Nageuse de haut niveau, elle s'est entraînée jusqu'à 17 heures par semaine. La sportive à 19 ans et a déjà connu des tracas en pleine adolescence. "Avec la natation, j'ai eu beaucoup de problèmes pendant un certain temps. Je n'ai plus eu mes règles pendant plusieurs mois. Et puis, le sport de haut niveau ça dérègle aussi beaucoup le corps, donc comme je nageais beaucoup, ça a eu des soucis sur ma santé", explique Marie Lessage, nageuse du club Swimming team Chapelle. Pour d'autres sportives, les fuites urinaires sont une réalité.


© RTL INFO
 

Marie rejoint son club. Nous décidons de faire réagir les jeunes sur une photo en particulier: celle d'une Instagrameuse, coach de fitness au ventre hyper plat. L'Américaine aux 2 millions d'abonnés est pourtant enceinte de 6 mois. "Je ne sais pas où elle le sait", dit une jeune fille. "C'est dangereux", réagit une autre. "Faut savoir s'arrêter", glisse une troisième.

Le sport à outrance, le culte du corps... Cela inquiète. Nous avons rencontré une experte en gynécologie du sport, une discipline en soi. Son avis est nuancé: "Si le suivi est bon, je pense qu'on ne peut pas vraiment dire si c'est trop. On voit parfois des marathonienne qui courent des courses alors qu'elles sont déjà bien enceinte. Si elles sont entraînées depuis longtemps et qu'elles ont le suivi adéquat, pourquoi pas", explique Suzette Da Costa, gynécologue du sport au Centre hospitalier universitaire Ambroise Paré. "Il faut savoir pondérer son effort, il faut faire attention à son alimentation et donc il faut penser effectivement au bien-être de la maman mais du bébé également", ajoute cette spécialiste.

Modéré, le sport est un bénéfice pour le dos, pour prévenir le diabète. Il ne provoque pas de naissances prématurées. Même en dehors d'une grossesse, il faut écouter son corps. "Les règles, même si pour la pratique sportive, c'est parfois plus pratique de ne pas les avoir, c'est quand même le signe lorsqu'elles sont absentes ou irrégulières, qu'il y a un dysfonctionnement qui s'est installé", avertit toutefois Suzette Da Costa. 

Les centres de médecine spécialisée sont là pour conseiller au mieux les sportives à tout moment de la vie.


 

Vos commentaires