Problème avec la base de données des immatriculations: la police ne peut plus identifier correctement les propriétaires des véhicules en infraction

 

Une panne à la DIV ( la Direction Immatriculation des véhicules) provoque la pagaille dans les bureaux de la police locale. Certains services sont plus impactés que d'autres. Les agents concernés ne peuvent plus avoir accès à l'identité des propriétaires des véhicules en infraction ou mal garés. Explications avec Céline Gransard, Dominique Sokolowski, Justine Roldan Perez et Patrick Lejuste.

Au moment de se connecter à la base de données de la DIV (la Direction Immatriculation des véhicules), le logiciel rame et il est impossible de connaître l’identité du propriétaire du véhicule. Un souci technique qui complique le travail des agents. "Des grosses difficultés pour pouvoir identifier les véhicules. Tout d’abord lors de contrôle sur le terrain. Lorsque les équipes demandent de contrôler un véhicule qu’ils ont en face d’eux, on n’a pas la possibilité de comparer le véhicule qui se trouve face aux équipes", a expliqué Philippe Borza, commissaire de la zone de police de Mons-Quévy, au micro de nos journalistes.

De gros problèmes pour la police sur le terrain

En cas de voiture mal stationnée ou de délit de fuite, par exemple, les policiers ont alors recours à d’autres bases de données moins fiables, car elles ne sont pas actualisées en temps réel. Le traitement administratif des amendes prend, lui aussi, plus de temps. "Pour tout ce qui est procès-verbaux,  on est tenu de valider la plaque d’immatriculation et pour l’instant, malheureusement, cette validation ne peut être réalisée, donc on prend un peu plus de retards et on ne peut pas envoyer ses procès-verbaux dans nos banques de données pour le moment", a fait remarquer M. Borza.

"La police utilise un protocole que le nouveau pare-feu n’accepte pas"

La panne dure depuis vendredi dernier. La direction immatriculation des véhicules est consciente du problème. "Récemment, on a installé un nouveau pare-feu justement pour mieux protéger notre banque de données qui contient des données qui sont assez sensibles, mais apparemment, la police utilise un protocole que le nouveau pare-feu n’accepte pas. On est en train de voir maintenant ce qui est le problème et comment on peut le résoudre le plus vite possible", a réagi Sven Heyndrickx, porte-parole du SPF Economie.

Les autres utilisateurs de la base de données de la DIV, les assureurs ou les communes notamment, ne rencontrent, eux aucun problème pour y accéder.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Dernières infos

Vidéos

vidéos