Le sous-sol wallon pourrait bien contenir du minerai de zinc à l'état brut. En produit fini on le trouve essentiellement sur les tôles de voitures. On l'utilise lors de la galvanisation, pour éviter la formation de rouille.

 

L'Europe en consomme 20% et en produit 3%

Chaque Belge en consomme entre 5 et 10 kilos par an. A l'heure actuelle, la plus grande partie de ces métaux est importée. "L'Europe consomme 20% des métaux mais n'en produit que 3%. Il y a un réveil général sur le continent, notamment en Suède et en Pologne. Il n'y a aucune raison pour qu'il n'y ait pas de réveil en France ou en Wallonie, par exemple", a expliqué Eric Pirard, professeur en géoressources minérales à l'ULg.

 

Les techniques ont évolué

A l'époque romaine déjà, plusieurs territoires situés à l'Est de la Belgique ont présenté des sols à forte teneur en zinc. "Nous sommes en 2013, et ça fait plus de 100 ans qu'on ne s'est plus intéressé aux ressources métalliques de la Wallonie. Or, en 100 ans, on a développé des techniques d'imagerie très performantes. On a aussi une compréhension des mécanismes géologiques tout-à-fait différente", a ajouté le professeur Pirard.

 

D'autres métaux pourraient être découverts 

Et si les autorités venaient à se mettre à la recherche de zinc, d'autres métaux pourraient également être découverts. "Il y a beaucoup de technologies qui nécessitent toute une série de métaux, comme les éoliennes, les GSM, les panneaux photovoltaïques. Ces métaux se trouvent en association avec le zinc dans des gisements tels que ceux que l'on a en Wallonie", a-t-il conclu.