Suite à la réponse négative de l’Europe concernant le budget de la Belgique, un conseil des ministres restreint d’urgence a été convoqué. Ils ont d’ailleurs trouvé une solution : geler certaines dépenses à hauteur de 1,3 milliard d’euros. Ce ne sont pas de nouvelles économies, juste une circulaire qui sera effective la semaine prochaine. "La commission nous avait laissé le choix, soit de nouvelles mesures tout de suite en un week-end pour 1,2 milliard, ce que nous nous sommes refusés à faire. Soit geler un certain nombre de dépenses, l’espace de quelques mois, et c’est cette option-là que nous avons choisie", a expliqué Olivier Chastel, ministre du Budget, au micro de Loïc Parmentier et Didier Clippe pour RTL TVI.

 

La liste

Il existe donc une liste des dépenses gelées. Cela touche en particulier les chemins de fer, qui se verront geler 400 millions d’euros. Le pot commun du gouvernement ne sera pas épargné non plus, moins 280 millions pour lui. La Défense se verra, elle, amputée de 177 millions d’euros, l’achat d’hélicoptère est donc reporté. 100 millions d’euros seront aussi retirés à la coopération au développement.

 

Pas obligatoirement effectif

Seulement, rien ne dit que ce gel des dépenses sera effectif. "Ce gel de dépenses, non seulement ne s’appliquera pas puisqu’il tombera dès l’application du contrôle budgétaire de fin février et on en reviendra au budget de départ, mais en plus, il ne présage en rien des mesures que nous allons prendre tant par rapport aux recettes que par rapport aux dépenses", a tenu à relativiser Olivier Chastel. Pour mieux comprendre, un exemple : pour la SNCB, si 400 000 millions sont gelés, les nouvelles mesures budgétaires de février ne les toucheront peut-être pas.