Les salaires minimums sont élevés en Belgique par rapport aux standards internationaux, ce qui entrave l'accès au marché du travail des travailleurs les moins qualifiés, constate l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un récent rapport sur le marché du travail belge. L'OCDE plaide dans ce rapport pour un "marché du travail plus inclusif".

 

Des allocations de chômage relativement élevées également

L'OCDE constate que les allocations de chômage sont relativement élevées en Belgique, surtout pour les personnes en situation de chômage de longue durée. Si le chômage a moins augmenté durant la crise en Belgique que dans la plupart des autres pays membres de l'OCDE, les décideurs politiques doivent éviter, suggère l'organisation internationale, que la segmentation croissante au sein du marché du travail entre "insiders" -soit les travailleurs les mieux ancrés dans le marché du travail- et "outsiders" -par exemple les travailleurs peu qualifiés- ne touche les catégories les plus vulnérables.

 

Les CDD les plus affectés

La bonne résistance de notre marché du travail est due au système de chômage économique. Ce sont surtout les travailleurs ayant un contrat à durée indéterminée qui en ont profité, tandis que la hausse du chômage a surtout affecté les travailleurs les moins bien implantés dans le marché du travail.

 

Trouver une réponse au vieillissement de la population active

"A moyen terme, la politique de l'emploi doit trouver une réponse au vieillissement de la population active, lequel implique qu'un nombre croissant de travailleurs sous contrat à durée indéterminée partiront à la pension", constate encore le rapport. La politique de l'emploi, préconise l'OCDE, doit veiller à ce que les "outsiders" actuels obtiennent une position plus forte sur le marché du travail. En outre, davantage de personnes devraient pouvoir être mises au travail au sein de certains groupes, comme les femmes appartenant à des ménages à bas revenus.

 

Efforts supplémentaires demandés

L'OCDE plaide également en faveur d'efforts supplémentaires pour faciliter le passage des bancs de l'école vers un emploi ainsi que pour un meilleur accompagnement des immigrés. Enfin, l'âge effectif du départ à la pension, assez bas en Belgique, est à nouveau pointé du doigt.