En ce moment
 

Vous avez l'impression de voir plus d'araignées que d'habitude, et qu'elles sont bien grosses? C'est normal, voici pourquoi (photos)

Vous avez l'impression de voir plus d'araignées que d'habitude, et qu'elles sont bien grosses? C'est normal, voici pourquoi (photos)
 

Vous avez peut-être observé la présence d'araignées récemment. Elles sont en effet en pleine activité à cette période... Un spécialiste fait le point sur les photos que vous nous avez envoyées via le bouton orange Alertez-nous.

Comme chaque année à cette période, vous commencez à nous envoyer des photos d’araignées que vous observez chez vous ou dans vos jardins. Elles sont plus visibles que d’habitude à ce moment de l’année. "On est à la fin de l’été, et les araignées sont en pleine période de reproduction, et la plupart d’entre elles sont déjà bien nourries, bien grosses, prêtes à pondre. La plupart des mâles vagabondent pour partir à la recherche des femelles. On les croise de plus en plus souvent", explique Arnaud Henrard, un biologiste qui consacre sa recherche aux araignées à l'UCL (Université catholique de Louvain) et au sein du Musée royal de l'Afrique centrale (MRAC). Sont-elles particulièrement grosses cette année ? "Elles sont plus grosses, bien nourries avec le bel été qu’on a eu. Mais comme chaque année, il y en a des grosses et des très grosses, ça fait partie de la variabilité qu’on peut observer dans la nature", répond le spécialiste.


Une araignée rayée jaune et noire

Francesco a photographié cette araignée sur la porte de sa maison, à Montignies-sur-Sambre, et nous a envoyé son cliché. Il s’agit d’une argiope frelon, qui avait déjà été observée par l’un de nos lecteurs il y a quelques temps. Ici, nous sommes face à une femelle, nous précise Arnaud Henrard. "Le mâle de l’argiope frelon est beaucoup plus petit, vraiment très petit, il passe souvent inaperçu. La femelle a plus du double de la taille du mâle", précise-t-il.



Faut-il se méfier des araignées?

"Est-elle dangereuse?", demande encore Francesco. "Non, les araignées présentes en Belgique ne sont pas potentiellement dangereuses pour l’homme", rassure le spécialiste, qui précise que toutes les araignées (ou presque) ont en commun de posséder du venin. "Il faut savoir que sur les presque 700 espèces qu’on peut trouver en Belgique, il y en a à pleine une dizaine qui seraient capables de nous mordre et d’atteindre les chairs un peu plus profondes de la peau, et très peu peuvent nous infliger une douleur".


"Je n’avais jamais vu ça en Belgique auparavant"

Nous avons également reçu cette photo de Chris. "Je n’avais jamais vu ça en Belgique auparavant", nous dit-il. Il s’agit pourtant d’une espèce très abondante et très commune, nous dit Arnaud Henrard, mais il est vrai qu’elle est particulièrement discrète. "Elles sont souvent dans les coins, dans les milieux assez sombres et un peu humides des maisons, dans les anfractuosités, en-dessous des meubles et des chaises… ce n’est pas courant de les voir, et elles ne sont pas énormes non plus". Sur la photo ci-dessous, nous avons une steatoda grossa, selon le spécialiste, ou une veuve des villes, plus précisément une femelle: "Elle va vraiment être très grosse au niveau de l’abdomen car elle aura accumulé beaucoup de réserves d’énergie".


Une "veuve" pas bien méchante

Le terme "veuve" évoque l’idée d’une espèce mystérieuse, qu’on n’aimerait pas forcément croiser chez soi. Il ne s’agit ici pas de la veuve noire qui a très mauvaise presse en raison de son venin neurotoxique potentiellement "méchant" pour l’homme. La veuve des villes photographiée par Chris, elle, ne doit pas vous effrayer: déjà, il faudrait vraiment la provoquer pour qu’elle parvienne à mordre, nous dit le spécialiste, qui précise: "On aura alors une petite morsure avec une boursouflure et une rougeur, mais le venin ne va pas provoquer de gros troubles pour l’être humain", dit-il.


La priorité des mâles à cette période: trouver une femelle

Ci-dessous, la photo d'une épeire diadème, dont nous avions déjà parlé également dans cette rubrique. Ici, il s'agit d'un mâle, selon le chercheur à l'UCL. "Dès qu’ils deviennent matures, leur priorité, ce n’est plus de se nourrir, mais de chercher une femelle", précise-t-il, ajoutant que c'est pour cette raison que de façon générale, les mâles vont être plus frêles que les femelles.

 

Les trois espèces qui ont été présentées dans cet article vont vivre au printemps, en été, et mourir en automne, après la ponte. Pour le cas de l'épeire diadème, la femelle va mourir en construisant un cocon pour ses oeufs, qui vont éclore avant l'hiver. "Les jeunes vont passer l’hiver dans leur cocon, bien à l’abri, bien au chaud".


Vous avez l'impression que les araignées vous attaquent?

On n'observera donc plus ces espèces-ci en hiver. Si elles continuent de vous effrayer malgré tout, sachez que lorsqu'une araignée vous voit, son réflexe n'est pas de vous attaquer, mais de fuir: "Quand on effraie une araignée en soufflant dessus ou en passant trop près, elle va prendre la fuite et courir très vite, ou se laisser tomber et chercher un endroit pour se cacher. Mais c’est juste un comportement de fuite et pas un comportement agressif", précise le biologiste.

Il se peut toutefois qu'elle se dirige vers vous, mais à nouveau, ce n'est pas pour vous attaquer: "Quand une araignée tombe et cherche un endroit pour se cacher, très souvent, la semelle d’une chaussure représente une bonne cachette, comme si c’était un caillou, et souvent les gens pensent aussi que l’araignée court pour attaquer, alors qu’elle veut juste se réfugier".

Deborah Van Thournout

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos