En ce moment
 

Levée du secret professionnel des travailleurs sociaux: si vous trouvez un drapeau de Daesh dans une maison, allez-vous le signaler?

Faut-il préserver le secret professionnel face aux informations liées au terrorisme?
Secret professionnel: les victimes du terrorisme n’en veulent plus
616865
 

La N-VA a déposé un projet de loi qui rendrait possible la levée du secret professionnel pour les agents des CPAS dans le cadre d’enquête sur des activités terroristes. Les assistants sociaux seraient amenés à transmettre aux autorités judiciaires des informations sur la situation sociale d’allocataires suspectés d’être allés en Syrie par exemple.

Willy Borsus soutient fermement la proposition et prévient déjà qu’il ne lâchera rien. Pour lui, les assistants sociaux qui ont connaissance d'indices liés à des faits terroristes doivent communiquer. Le ministre des Classes moyennes et de l’Intégration sociale (MR) veut mettre en place des changements après les évènements auxquels nous avons été confronté, "nous n'avons pas de droit d'être faible ou naïf".

Alors, les travailleurs sociaux doivent-ils garder le secret s’ils découvrent des informations sensibles en matière de terrorisme? Plusieurs travailleurs sociaux préviennent déjà: ils ne diront rien.

Sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche", des victimes du 22 mars s’en offusquent. Il est temps que la Belgique apprenne de ses erreurs. Si on peut récolter des informations, si on peut éviter à l’avenir de la souffrance et des décès, alors, oui, il faut lever le secret professionnel selon eux.

Pour les travailleurs sociaux, la relation de confiance prime. A la question, "si dans une maison vous trouvez un drapeau de Daesh, allez-vous le signaler?" Marc Chambeau répond qu'il s'agit "effectivement d'un signe". Mais ce signe, le maître de formation pratique HELHa-Cardijn ne le dénoncera "pas nécessairement".

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos