La réalisatrice de 47 ans, révélée au grand public avec "Ma vie ne me fait pas peur" en 1999, centré sur un quatuor de copines adolescentes, joue également le rôle de Camille. Une femme qui, croyant se réveiller d'une cuite de Jour de l'an, se retrouve à l'âge de ses 16 ans, mais dans sa peau de quadragénaire. Camille retrouve ses parents, ses amies, son adolescence et Eric, rencontré à cet âge-là mais dont elle se sépare dans sa vraie vie.
 
Va-t-elle fuir et tenter ainsi de modifier le cours de leur vie à tous deux? Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connaît la fin de leur histoire?
 
Les rôles secondaires sont particulièrement savoureux, notamment ses parents joués par Yolande Moreau et Michel Vuillermoz, parfaits de simplicité et d'affection bourrue. Mais aussi Samir Guesmi dans le rôle de l'amoureux transi, que le public cannois a vu aussi dans "Adieu Berthe" des frères Podalydès, et Denis Podalydès, le prof de Camille avec lequel elle entretient une drôle d'amitié amoureuse.
 
"Quand on a écrit le scénario, je ne pensais pas du tout jouer Camille", a confié Noémie Lvovsky. C'est le producteur Jean-Louis Livi qui l'a persuadée de se faire passer des essais et "de ne pas chercher d'autres actrices avant de m'éliminer moi-même".
 
Pour les autres rôles, elle s'est adressée à de nombreux comédiens venant du théâtre ou à des acteurs "chez qui je voyais l'enfance et l'adolescence".
 
Sur le fond, elle dit être "toujours un peu gênée de parler de la part autobiographique" de ses films. Mais dans "Camille redouble", elle reconnaît que celle-ci est "très grande". C'est le deuxième film, à 14 ans d'écart, que la réalisatrice dédie à sa mère Geneviève, "partie" pendant le tournage de "Ma vie ne me fait pas peur".