En ce moment
 

Ce cube suspendu est une ‘chambre anéchoïque’: visite guidée des infrastructures dernier cri de l'inventeur de l'enceinte réseau

Ce cube suspendu est une ‘chambre anéchoïque’: visite guidée des infrastructures dernier cri de l'inventeur de l'enceinte réseau
 
sonos

RTL info s'est rendu à Boston pour visiter les nouvelles infrastructures très 'high tech' de Sonos, l'entreprise californienne qui a révolutionné le concept de l'enceinte réseau.

Sonos est l’une des ces marques qui incarnent le rêve américain du 21e siècle. La société, née en 2002 à Santa Barbara en Californie, a compris très tôt que la manière d’écouter de la musique à la maison allait être bouleversée par la transformation digitale. Visionnaire, elle a pratiquement inventé le concept de l’enceinte réseau ou autonome, qui va elle-même cherche la musique là où on lui demande.

Il a cependant fallu attendre les années 2010 avant que le succès soit international et que les produits de la marque attirent l’œil du grand public. Preuve qu’elle a vu juste : de nombreuses marques d’électronique grand public se sont mises aux enceintes réseau depuis lors, comme Samsung, LG ou même Bose.

Quelques levées de fonds supplémentaires ces dernières années ont permis à Sonos de réussir le virage du smartphone et des services de streaming musicaux, les habitudes des amateurs de musique ayant à nouveau changé…

sonos006
Les infrastructures colossales de Sonos à Boston se trouvent au 3e étage du Lafayette City Center

De nouveaux bureaux à Boston

Voilà donc l’entreprise américaine parée pour l’avenir. Et pour réussir son pari, Sonos a ouvert des bureaux flambant neufs à Boston, qui porte désormais à 12 le nombre d’infrastructures de la marque dans le monde (Chine, Europe et Etats-Unis).

RTL info a eu la chance de pouvoir visiter les nouvelles installations de Sonos à Boston, en marge de la présentation d’un nouveau produit dans les semaines à venir.

Et comme on pouvait s’y attendre, on en prend plein la vue. En Europe, il n’y a hélas que les grandes entreprises américaines qui investissent dans de si beaux bureaux. On a visité ceux de Google à Amsterdam, et il faut regarder du côté d’autres géants des nouvelles technologies, avec une approche très ‘silicon valley’ du monde du travail, pour voir la même chose.

sonos007
Le mur végétal amenant à la mezzanine...

Rendez-vous au 3e étage du Lafayette City Center de Boston, un nouveau complexe gigantesque de bureaux dans le beau centre-ville. Dès la réception, le cadre fait penser à un salon de thé/café relaxant et chic, avec des divans et de nombreux espaces de détente, où les employés profitent de qu’ils ont trouvé dans la cuisine de la cafétaria. Le plus sympa ? L’atrium où les employés peuvent manger et où une scène peut être installée, avec un mur végétal qui amène à la mezzanine, qui sert de lieu d’exposition… Classe.

En réalité, les entreprises des nouvelles technologies n’ont pas le choix. Pour montrer qu’elles sont ‘smart’ et que leurs produits le sont tout autant, il faut des infrastructures professionnelles qui vont avec.

sonos002
Le cube suspendu: au sol, un filet qui protège les étranges triangles en mousse

Au-delà de l’esthétique : la ‘chambre anéchoïque’

N’oublions pas cependant que Sonos est avant tout un fabriquant d’enceinte réseau. Il a donc besoin d’autres choses que des bureaux, des ordinateurs et des serveurs, ce qui est le cas de Google ou Facebook, par exemple.

Dans les nouveaux bureaux de Boston, les ingénieurs sont gâtés. Il y a des infrastructures très pointues au niveau de la conception de matériel audio. Nous avons eu la chance de visiter plusieurs pièce assez unique en leur genre, comme une immense pièce sans écho, avec d’énormes triangles de mousses en 3D, sur tous les angles de cette pièces en forme de cube suspendu. Il y a même un filet au sol pour pouvoir équipe ce côté du cube géant des mêmes triangles qui servent à absorber les ondes et empêcher tout effet de réverbération.

Il y a également un tas de pièces destinées à la fabrication des prototypes, à tester la résistance à l’humidité et à la chaleur, ou encore la qualité de la puce Wi-Fi. Sans parler de la collaboration avec les autres bureaux (il y a un équipement dans de nombreuses pièces permettant de travailler en direct avec les autres bureaux, en décalage horaire avec la côte ouest ou la Chine…).

sonos004
Une autre petite pièce confinée permet de mesurer la qualité du Wi-Fi intégré aux enceintes

Un peu too much ?

Bref, c’est le nec plus ultra en matière de conception de matériel audio et réseau. Rien n’est laissé au hasard, et Sonos peut se vanter de tout concevoir lui-même (même si la fabrication et l’assemblage sont supervisés par des employés de Sonos dans des usines à Shanghai qui n’appartiennent pas à Sonos…).

Lors de notre visite, la présentation parallèle de tout le processus de fabrication du nouveau produit de Sonos en a été la preuve ultime (mais on doit attendre avant d’en parler).

Tout cela est très impressionnant, mais on se demande si ça n’est pas un peu trop pour concevoir des produits qui sont certes de grande qualité, mais qui ne se rangent pas dans la catégorie ‘high end hi-fi’. Est-il nécessaire d’avoir de telles infrastructures, qui plus est en double, car certaines existent également à Santa Barbara, au siège du groupe. « Oui, bien sûr, on s’en sert tous les jours, des millions de tests sont effectués entre le début et la fin d’un nouveau produit », nous a-t-on répondu.

Certains entreprises actives dans le domaine doivent externaliser ces tests, et perdent donc du temps. Sonos maîtrise tout de A à Z et n’a besoin de personne…

Quoi qu’il en soit, tout cela justifie une grosse partie du coût parfois assez important des enceintes de Sonos, qui vont de 199€ (Play1) à 799€ (PlayBar).

Les bureaux de Sonos à Boston (pour des raisons d'embargo sur un futur produit de Sonos, d'autres photos seront disponibles plus tard) :


 
sonos012
 
 
 
 
 

 

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos