Imaginez un monde où vous pouvez choisir les qualités physiques et morales de votre animal de compagnie : doux, calme et jouette pour un chien, sociable et éveillé pour un hamster ou encore un pelage avec des petits cœurs pour votre chat chéri rose. Dans « Sale bête », cette idée est déjà la réalité et des millions de petites filles et petits garçons s’amusent quotidiennement avec ces charmants animaux. 
 
Pour l'anniversaire d'une préadolescente complètement fashion victime, que peut-on dès lors trouver de mieux qu'un adorable petit hamster créé sur mesures ? 
 
Le père d'Amandarine l’a bien compris. Il n'a donc pas d'autre choix que de commander l'animal à "La Fabrique", l’entreprise spécialisée.
Jusqu’au jour où la machine s’emballe. Et là, c’est le drame.
 
La mignonne petite bête attendue laisse la place à une sorte de rat extrêmement laid, franchement malodorant, aussi sournois que méchant et d'une grossièreté sans limite. Immédiatement prénommé Bestiole, il est, malgré toutes ses tares, adopté par la famille. 
 
Des gags en cascades, un animal exécrable, l’idée semblait géniale mais sa concrétisation est un décevante. Malgré le côté très girly de l’album, les petites filles risquent d’être un petit peu déçue du résultat qui annonce déjà l’arrivée prochaine d’un tome 2.

Sale bête – Tome 1
Dessin : Krassinsky / Scénario : Maïa Mazaurette
48 pages
Prix de vente conseillé : 10,45€