Le Brussels Philharmonic est le premier orchestre au monde à remplacer ses partitions en papier par des versions digitales, a-t-on appris mercredi lors du lancement de la technologie à Bruxelles.
Les musiciens du Brussels Philharmonic ont reçu une tablette de la marque Samsung, munie d'un programme spécialement développé pour les orchestres. Grâce à l'utilisation de la tablette, le Brussels Philharmonic économisera beaucoup de papier et jusqu'à 25.000 euros chaque année. La tablette permet également de personnaliser et de partager les partitions. Son utilisation augmente le confort des musiciens, qui ne doivent plus transporter leurs nombreuses partitions, et permet de gagner du temps, supprimant les heures de préparation et de recopiage. "Le fonctionnement des orchestres symphoniques a peu évolué depuis le 19ème siècle", a expliqué mercredi un des acteurs de cette innovation technologique. "Les partitions sont souvent partagées par plus de cent musiciens, qui doivent les recopier. Toutes ces feuilles sont ensuite conservées et prennent beaucoup de place". La tablette a une capacité de stockage de 16 GB et peut enregistrer jusqu'à 1.000 partitions digitales. Elle dispose également d'un mode spécial pour éviter les défaillances lors d'un concert. Les pages de la partition se tournent grâce à une technologie Swype sécurisée, qui permet aux musiciens d'éviter de tourner trop de pages ou de faire un zoom par erreur. (SVR)