En ce moment
 
 

Doit-on voir une stratégie politique dans les propos de Bart De Wever sur la collaboration? "A le connaitre, oui, évidemment!"

Doit-on voir une stratégie politique dans les propos de Bart De Wever sur la collaboration? "A le connaitre, oui, évidemment!"
 
 

Dans l'émission On refait le monde, l'avocat Olivier Martins et le spécialiste en communication politique Alain Raviart reviennent sur la condamnation de la collaboration par Bart De Wever.

Pour l'avocat Olivier Martins, il ne faut pas nécessairement voir de la manipulation et au moins laisser le crédit de la sincérité à Bart De Wever. "Quelqu’un qui parle de son grand-père et qui reconnaît que celui-ci a participé à une période noire de notre humanité, je crois que ça a le mérite du respect. Je ne suis pas un partisan ni un ennemi de ce monsieur mais je le respecte quand il parle de son grand-père.
Ne voyons pas nécessairement de la manipulation, de la récupération. Accordons-lui au moins le crédit de la sincérité"


"Je ne serai pas naïf"

Alain Raviart aimerait lui, être un petit peu plus nuancé. "Je me demande comment passe-t-on de 'foutaises francophones' – donc quand les francophones condamnaient Théo Francken et Jan Jambon pour des attitudes assez nauséabondes – à cette déclaration-là ? Est-ce qu’il y a une stratégie politique derrière ? A connaître Bart De Wever, oui, bien évidemment. "

"Doit-on remettre sa sincérité en question pour autant ?" Se demande le spécialiste en communication politique.  "Je vous avoue, je ne sais pas. Cela reste un point d’interrogation mais je ne serai pas naïf."


Balle au centre avec le PS

"Par contre, le parallélisme avec le grand-père de Laurette Onkelinx, évidemment, c’est de la stratégie politique !", pense Alain Raviart. "Je n’aime pas qu’on dise que c’est 'bien joué' quand on parle d’événements comme ceux-là. Et justement, s’il joue, c’est grave. En revanche, si c’est sincère, ok, mais c’est quand même un incroyable hasard que de mettre les deux grands-pères en parallèle. De plus, cela a comme conséquence politique – parce qu’il faut voir cela au niveau du gouvernement fédéral – que c’est balle au centre. Il dit 'maintenant, le PS, va au panier. Moi, je reconnais les fautes de mon grand-père.'"


 

Vos commentaires