En ce moment
 

Premier porno à 11 ans, "revenge porn" quand on se fait plaquer: ce qui arrive à nos jeunes est-il grave?

Les ados et le porno: "Le rôle des parents est de protéger les enfants de la société du sexe et de l
ORM: "Un quart des jeunes filles ont été victimes de revenge porn"
538977
 

Une étude publiée cette semaine nous apprenait que l’âge auquel les jeunes voient leur première vidéo pornographique est en Belgique de 11 ans pour les garçons et 13 ans pour les filles. Les chroniqueurs d’On refait le monde avaient leur avis sur la question…

"Remontons à Jean-Jacques Rousseau qui disait : « Il faut savoir écarter les enfants des défauts de la civilisation. » Il avait diablement raison sans avoir anticipé internet et toutes les technologies auxquelles nos enfants doivent faire face. Je pense que c’est le rôle d’un parent de protéger les enfants du monde du sexe, du cul, de l’argent aussi. On a un devoir en tant que parents. Ce n’est pas qu’à la société" à agir, a déclaré Alain Raviart, conseiller en communication.


Le porno inculque une mauvaise image de la femme aux jeunes garçons

Demetrio Scagliola, le rédacteur en chef adjoint de SudPresse, rappelait lui que "toutes les études prouvent que les vidéos pornos ont un rôle considérable et terriblement néfaste. Il y a une sorte de domination de l’homme où la femme est présentée comme un objet. Et ça se retrouve dans la manière dont certains jeunes garçons traitent les jeunes filles. En France, un quart des jeunes filles ont été victimes de ‘revenge porn’. Quand une histoire se termine mal, le garçon ou parfois la fille va publier une photo ou une vidéo assimilée à de la violence sexiste pour se venger. C’est pas toujours des sex tapes, mais psychologiquement ça fait des dégâts via les réseaux sociaux."


La plupart déclare faire la différence entre réalité et porno

Pour la journaliste du Soir Emmanuelle Praet, il faut cependant reconnaitre que selon l’étude, seuls « 13% des jeunes interrogés pensent que (le porno) c’est la réalité. Donc la plupart ont la sensation de savoir que ce n’est pas comme ça que ça se passe dans la réalité. » Une donnée rassurante.

Pour rappel, un numéro existe pour tous les jeunes qui souhaitent parler de leurs problèmes, peu importe lesquels. Il s’agit du 103, un numéro gratuit et anonyme disponible 7 jours sur 7 de 10h00 à minuit pour les enfants et les adolescents.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos