En ce moment
 

Des chercheurs belges préparent un traitement révolutionnaire contre le cancer

 

Un traitement belge révolutionnaire pourrait bientôt voir le jour pour lutter contre le cancer. L'étude est actuellement menée sur des patients dans deux hôpitaux bruxellois, où nos journalistes Martin Vachiery, Olivier Pierre, Benjamin Vankelst et Pierre Halterman se sont rendus. En cas de réussite, ce serait une première mondiale dans le domaine.

Dans les couloirs de l'Institut Bordet à Bruxelles, un patient s’apprête à tester un tout nouveau traitement contre le cancer. Il s’agit d’une immunothérapie cellulaire. "C'est un traitement vraiment révolutionnaire dans le sens que nous prenons les globules blancs du patient, qui sont censés être les soldats qui protègent le patient contre les agressions, y compris les tumeurs. Nous reprogrammons ces cellules pour qu'elles soient capables de reconnaître la tumeur", explique Christian Homsy, médecin et directeur de la société thérapeutique Celyad.


"Les effets secondaires attendus ne sont pas ceux d'une chimiothérapie classique"

Pour les patients volontaires, ce traitement offre un nouvel espoir après l’échec de précédentes thérapies. "Le traitement provient de leurs propres cellules. Les effets secondaires attendus ne sont pas ceux d'une chimiothérapie classique, et c'est pour ça que les patients sont très motivés", confie Philippe Aftimos, oncologue à l’Institut Bordet.


Un traitement 100% Belge

Les recherches sur le traitement ont lieu dans la société Celyad, à Mont-Saint-Guibert. De la fabrication du produit à l’expérience médicale, tout est 100% Belge. Quant aux patients, ils sont suivis aux Cliniques Saint-Luc et à l’Institut Bordet, à Bruxelles. "C'est une nouvelle approche originale qui va s'ajouter, on espère très probablement, au traitement de notre patient", détaille le docteur Ahmad Awada, professeur en oncologie médicale à l'Institut Bordet. "Nous allons aller vers d'autres tumeurs que les tumeurs hématologiques, vers des tumeurs pour lesquelles on a peu de traitements une fois que la chimiothérapie ne fonctionne plus", ajoute Jean-Pascal Machiels, chef du service d’oncologie médicale des Cliniques universitaires Saint-Luc (UCL).

Démarrée en Belgique, l’étude s’étendra à d’autres pays européens puis aux Etats-Unis. Le traitement vise sept types de cancers différents, tous agressifs, répandus et avancés.

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos