En ce moment
 

Méfiez-vous du respirianisme: cette "secte médicale" responsable de 6 décès à côté de chez nous

 

Les thérapies alternatives sont de plus en plus nombreuses. Il s'agit de méthodes qui nous proposent de nous soigner autrement que par la médecine traditionnelle. Bien souvent inoffensives, beaucoup de révèlent efficaces. Et pourtant, certaines peuvent s'avérer très dangereuses à tel point que l'on parle de dérives sectaires. Explications dans le RTLINFO 13 h avec Eric Van Duyse et Elisabeth Wouters.

A Bruxelles, le Centre d'informations et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles est chargé de récolter les plaintes contre toute organisation sectaire nuisible. Et de plus en plus, ces plaintes concernent le domaine de la santé.

Celles-ci concernent des pratiques sectaires qui éloignent les patients du traitement traditionnel qui aurait réellement pu les soulager. Les patients atteints de maladies lourdes telles que la sclérose en plaques, le sida ou le cancer, sont des cibles particulièrement fragiles.

 

Des conséquences désastreuses

"Ces personnes en recherche d'un bien-être et même d'une guérison vont se tourner vers des thérapies alternatives qui peuvent être de très bons compléments mais qui peuvent aussi avoir un discours exclusif avec pour conséquence un détournement du patient par rapport à la médecine classique avec des conséquences désastreuses" explique Sandrine Mathen, du Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles. En effet, ces pratiques peuvent engendrer une fin de vie en souffrance et raccourcie, voir un décès qui n'était pourtant pas à craindre.

Dans le domaine de l'alimentation, certains courants sont fréquemment pointés du doigts. C'est le cas du respirianisme. Les comportements prônés peuvent avoir des conséquences catastrophiques. "Il y en a un qui fait de la promotion d'un processus de 21 jours et dans ce processus qui est une sorte de cheminement spirituel, il y a sept jours lors desquels il est interdit de manger et de boire" affirme Sandrine Mathen.

Actuellement, on compte six décès très proches de la Belgique, imputables à cette pratique. Cette méthode est d'ailleurs condamnée par la justice en Australie.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos