En ce moment
 

JO-2024: "faire des Jeux cohérents avec l'accord de Paris"

JO-2024:
Le directeur général du WWF Pascal Canfin le 18 juin 2015 à ParisTHOMAS SAMSON
 
sport

Moins de viande, plus de voyages en train, des véhicules électriques pour les athlètes, de l'énergie 100% renouvelable, compensation des émissions: tout doit être mis en œuvre pour rendre les JO-2024 "cohérents" avec l'accord sur le climat de Paris, a souligné mercredi le WWF.

"L'objectif n'est pas simplement de faire des Jeux plus verts, c'est de faire des Jeux alignés sur l'accord de Paris, donc des Jeux plus exigeants en termes de réduction de ces émissions" de carbone, a déclaré à l'AFP son directeur général Pascal Canfin, qui a été partenaire du comité de candidature parisien.

L'ONG a contribué à réaliser un inventaire précis des différentes sources d'émissions (construction, transports, énergie, alimentation, etc.) et a formulé ses préconisations pour les réduire. "On arrive à une réduction de 55% des émissions de CO2 par rapport à Londres", à condition que "tous les engagements soient respectés", selon elle.

Les émissions prévues atteindraient 1,56 million de tonnes d'équivalent CO2 (3,42 millions à Londres) car "même si on travaille sur les bâtiments, la mobilité, l'alimentation, il y aura des émissions incompressibles, comme le transport pour venir jusqu'à Paris", explique M. Canfin.

Dans son dossier, Paris s'engage à compenser le solde des émissions. Sur la base d'une tonne équivalent CO2 à 20 euros, un budget de 30 millions d'euros devrait être dédié à des actions de compensation (reforestation, énergies propres...) pour viser un bilan carbone neutre.

Paris prévoit notamment 75% d'émissions de moins que Londres pendant la phase de préparation, un effort possible selon le WWF en raison du choix de "faire des Jeux compacts (regroupés) avec beaucoup d'équipements existants".

Pendant les Jeux, les efforts devront concerner les transports (transports en commun et propres), l'alimentation (réduire de moitié la part de la viande par rapport à la consommation moyenne française, privilégier les labels de qualité et l'approvisionnement local), les déchets (lutter contre le gaspillage) et l'énergie (100% renouvelable).

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos