L'opposante ukrainienne emprisonnée Ioulia Timochenko, qui souffre de problèmes à la colonne vertébrale, a accepté d'être soignée dès mardi en Ukraine par un médecin allemand, a annoncé vendredi le chef de la clinique berlinoise Charité Karl Max Einhäupl.


Dès mardi

"Mme Timochenko a donné son accord préliminaire pour être hospitalisée dès mardi, le 8 mai" dans un hôpital de Kharkiv (est de l'Ukraine) où elle est incarcérée, selon la déclaration conjointe des médecins allemands et ukrainiens lue à la presse par M. Einhäupl à la sortie de la prison de l'opposante.

"Un médecin de Charité va immédiatement commencer le traitement avec le soutien de médecins ukrainiens", ajoute le texte, lu par M. Einhäupl en présence de la ministre adjointe de la Santé ukrainienne, Raïssa Moïsseenko. M. Einhäupl et son collègue de Charité Norbert Haas ainsi que Mme Moïsseenko ont rendu vendredi visite à Mme Timochenko, qui observe depuis le 20 avril une grève de la faim pour protester contre les violences dont elle affirme avoir été victime en prison.

 

Silence des allemands

Les Allemands, qui ont déjà examiné Mme Timochenko en prison en février et en avril, ont cependant refusé de répondre aux questions de journalistes concernant ces violences que les autorités ukrainiennes ont niées. Incarcérée depuis août dernier, l'opposante purge une peine de sept ans de prison pour abus de pouvoir. (MUA)