En ce moment
 

Moek, 99 ans, avale les médicaments devant la conduire vers la mort: son fils filme ses derniers instants pour prouver qu'elle était consciente

Moek, 99 ans, avale les médicaments devant la conduire vers la mort: son fils filme ses derniers instants pour prouver qu'elle était consciente
 

Ce dimanche, cela fait 15 ans que l’euthanasie a été dépénalisée en Belgique. Les Pays-Bas ont également fait le pas en 2002. Là-bas, un procès déchire le monde judiciaire: celui d'Albert Heringa, un homme ayant euthanasié sa mère alors qu'elle n'était pas malade. Elle estimait simplement avoir suffisamment vécu. Une histoire qui a encouragé une partie du politique à élargir la loi actuelle.

Il était 6h du matin lorsqu'Albert Heringa a appris que sa mère était bel et bien décédée. La veille au soir, il l'avait accompagnée vers la mort. "Quand j'ai appris que cela avait réussi, j'étais au lit, raconte le septuagénaire à notre journaliste Chantal Monet, envoyée aux Pays-Bas pour RTLinfo. Ils m'ont téléphoné [pour me le dire]. Ce fut bien évidemment un soulagement".


Moek mange le yahourt rempli de médicaments: ses derniers instants filmés par son fils

Dans la chambre de son home, il filme "Moek", comme il surnommait affectueusement sa maman, en train de manger son yahourt. Ensemble, ils ont choisi d'y mettre suffisamment de médicaments pour qu'une fois couchée, elle ne se réveille plus. "Et je dois encore en prendre d'autres juste après?", demande la maman dans l'extrait vidéo que notre journaliste a pu se procurer. 

"Elle était parfaitement consciente, assure son fils Albert, qui a préféré filmer sa mère afin qu'en cas de doute, il puisse prouver qu'elle avait toute sa tête. Et jusque dans les derniers instants, on faisait encore des blagues. Elle était de bonne humeur".
photo-3

Sa mère voulait mourir car elle estimait "avoir suffisamment vécu"

Moek avait 99 ans. Elle était fatiguée de la vie. Une vie "accomplie", disait-elle, rythmée par la musique du compositeur autrichien Franz Schubert qu'elle adorait. Lorsqu'elle demande à son médecin de l'euthanasier, celui-ci refuse. Moek en parle alors à son fils, Albert. "Je n'ai aucun regret, affirme-t-il. Ma mère le voulait. Cela s'est bien passé, je ne peux être que content".
Euthanasie-Photo-1
Photo-2


Albert est poursuivi par la justice: a-t-il commis un acte illégal?

Albert Heringa a raconté son histoire dans un livre. La justice néerlandaise s'en est saisie pour le poursuivre. Est-il coupable d'un acte illégal? Les tribunaux se déchirent sur cette question depuis plusieurs années. Le politique s'est également emparé du débat. Faut-il élargir l'euthanasie aux personnes qui estiment avoir suffisamment vécu? C'est la question que se posent certains élus.


Aux Pays-Bas, une proposition de loi est née

Une proposition de loi, intitulée Vie accomplie, est d'ailleurs en discussion aux Pays-Bas. Toute personne de plus de 75 ans, estimant avoir suffisamment vécu, pourrait demander d’être euthanasiée par un médecin, une infirmière, un psychologue ou un assistant social. Une commission de sages a été chargée de remettre un avis. "Notre avis c’est qu’il ne faut rien changer à la loi actuelle, explique Paul Schnabel, Président de la commission des Sages. Cette loi a déjà 15 ans, on a du recul et de l’expérience. Et on voit que cette loi laisse la place à beaucoup de changements possibles. Comme la conception de la société à propos du moment où une vie pourrait être terminée. Cela n’exclut pas que l’on prenne en compte le concept de vie accomplie".     

Légaliser l’euthanasie d’une personne estimant sa vie accomplie ne choque pas aux Pays-Bas. 2/3 des Néerlandais y sont favorables.   

Retrouvez l'intégralité de ce sujet de notre journaliste Chantal Monet dans le RTLINFO 19h ce dimanche 28 mai.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos