En ce moment
 
 

L'Europe frappée quatre fois en deux semaines par l'Etat islamique

L'Europe frappée quatre fois en deux semaines par l'Etat islamique
 
 

En moins de deux semaines, une vague sans précédent d'attentats revendiqués ou attribués au groupe Etat islamique (EI) a frappé l'Europe, deux attaques visant la France et deux l'Allemagne.


26 juillet: un prêtre égorgé en France 

Deux hommes prennent en otage cinq personnes dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Normandie, une commune de 29.000 habitants proche de Rouen, à l'heure de la messe matinale. Ils égorgent un prêtre et blessent grièvement une autre personne, avant d'être abattus par la police en sortant de l'église.

Le président François Hollande déclare qu'il s'agit de "deux terroristes se réclamant de Daech". L'EI affirme que l'attaque a été menée par deux de ses "soldats".


24 juillet: attentat en Allemagne

Un réfugié syrien de 27 ans, débouté de sa demande d'asile, se fait exploser dans le centre d'Ansbach, une ville de 40.000 habitants en Bavière, à proximité d'un festival de musique en plein air devant accueillir 2.500 personnes. Il est tué dans la déflagration, tandis que quinze personnes sont blessées, dont quatre grièvement. L'auteur de l'attentat avait prêté allégeance à l'EI, qui a affirmé que le terroriste était l'un de ses "soldats".

Le demandeur d'asile, qui faisait l'objet d'une mesure d'expulsion vers la Bulgarie, avait effectué des séjours en hôpital psychiatrique et était suicidaire. Il a cherché en vain à pénétrer dans l'enceinte du festival et s'est fait exploser peu après.


18 juillet: attaque à la hache en Allemagne

Un jeune demandeur d'asile de 17 ans, affirmant être afghan, agresse les passagers d'un train, des touristes de Hong Kong, à coups de hache et de couteau près de Wurtzbourg (sud) puis s'en prend à une femme promenant son chien dans la rue. Cinq personnes sont blessées. Il est tué par la police un peu plus tard.

Il a revendiqué son acte, dans une vidéo enregistrée au préalable, au nom de l'EI. L'organisation a également revendiqué l'attentat, une première en Allemagne, et présenté l'auteur comme un de ses "combattants".


14 juillet: carnage à Nice 

Un Tunisien de 31 ans, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, au volant d'un camion, fonce dans la foule quelques instants après le feu d'artifice du 14-juillet sur la Promenade des Anglais à Nice, tuant 84 personnes, dont plusieurs enfants, et blessant plus de 330 personnes. Lahouaiej-Bouhlel est tué par la police. L'attaque est revendiquée par l'EI.


 

Vos commentaires