Le "Born this way Ball", le nom de sa tournée mondiale tirée de son dernier album "Born this way", est conçu davantage comme un spectacle musical que comme un simple concert.Danseurs et musiciens évoluent autour d'un immense chateau fort installé au centre de la scène et le concert suit un scénario inspiré des romans d'anticipation. Lady Gaga, dans le rôle de l'héroïne, y combat "Mother G.O.A.T", sorte de double maléfique dont le visage enfermé dans une cage en forme de diamant flottant au dessus de la scène apparaît régulièrement pour faire avancer le récit.

 

"Je suis vous"

"Je ne suis pas une femme, je ne suis pas un alien, je ne suis pas un homme, je suis vous. Je suis venue chercher toutes les informations, l'inspiration, le courage, l'art, la musique que vous détenez, peuple français. Et quand le spectacle sera fini, je serai prête à vous envahir en tant que chanteuse pop", explique-t-elle dans un mélange de français et d'anglais.

 

Mise en scène spectaculaire

La mise en scène est spectaculaire. La diva américaine aux longs cheveux platine enchaîne les tubes ("Telephone", "Poker Face", "Bad Romance", "Judas", Born This way") et les costumes à un rythme effrené et transpose sur scène les coups d'éclat qui ont fait sa réputation.

Virignale, elle sort d'un cocon en robe de latex blanche, fait corps avec une moto comme sur la pochette de son dernier album, se trémousse dans une imitation de sa robe en viande, exhibe ses fesse moulées dans des bas résilles et sa culotte en dentelle... Qu'importe si le play-back est omniprésent, le public est ravi.

 

Message sur l'amour de soi et l'affirmation de ses différences

Entre deux titres, la chanteuse en profite pour marteler le message de "Born this way", sur l'amour de soi et l'affirmation de ses différences."Que vous soyez homosexuel ou hétérosexuel, que vous croyez en Dieu ou non, peut-être êtes-vous musulman, cela n'a pas d'importance. Tout ce qu'on dit sur vous, vous vous en f..., parce que c'est ce que vous êtes", lance-t-elle.

La diva prend aussi soin de ses "petits monstres", le surnom qu'elle donne à ses fans, les remercie d'avoir pris la peine d'acheter un billet, invite une jeune fille sur scène le temps d'une chanson.Elle prend de longs moments pour admirer, non sans humour, les cadeaux jetés à ses pieds par des spectateurs, des plus courants (T-shirts, peluches, poupées Barbie qu'elle démembre consciencieusement) au plus incongrus (un caleçon d'homme qu'elle renifle et même un godemiché).

 

Déclarations d'amour à la France 

L'Américaine multiplie aussi les déclarations d'amour à la France, vantant un Paris de carte postale où l'on mange du "saucisson" et des "sandiwch au jambon", fredonnant le refrain de "Padam, Padam" ou enroulant autour de son cou un drapeau tricolore "comme un carré Hermès". Car Lady Gaga, perchée sur de hautes cuissardes Louboutin, est une fashionista.Elle profite d'ailleurs du concert pour distiller des anecdotes sur ses amis stylistes et saluer longuement Marc Jacobs et Azzedine Alaïa qui, à quelques jours de la Fashion Week, ont fait le déplacement au Stade de France pour la voir.