"Pour le reste de l'année, nous allons entretenir notre déficit écologique en puisant dans les réserves de ressources locales et en accumulant du dioxyde de carbone dans l'atmosphère", commente le réseau. Les derniers calculs du Global Footprint montrent ainsi qu'en seulement huit mois, "nous avons utilisé les ressources naturelles renouvelables et la capacité de séquestration de CO2 que la planète peut durablement supporter cette année", explique le réseau.

 

Ce jour arrive chaque année depuis 1970 et de plus en plus tôt

Selon ses calculs, l'humanité vivrait au-dessus de ses moyens depuis les années 1970 et nécessitera l'équivalent de deux planètes en ressources bien avant 2050. En 2011, le "jour du dépassement global" avait été atteint le 27 septembre. Cette année, le 22 août.

 

La Belgique 6ème mondiale au niveau de l'empreinte écologique par habitant


Un rapport du WWF publié en mai dernier avait placé en sixième position la Belgique en termes d'empreinte écologique mondiale. Dans le pays, elle s'élève à 7,1 ha par habitant, alors que l'empreinte moyenne d'un Européen est de 4,7 ha et que la biocapacité moyenne mondiale est de 1,8 ha.

 

Parallèle et interaction avec la crise économique


"Les nations à travers le monde, et en particulier au sud de l'Europe, ont commencé à éprouver douloureusement ce que cela signifie de dépenser plus d'argent que ce qu'elles gagnent", illustre Dr. Mathis Wackernagel, président du réseau Global Footprint. "La pression sur les ressources est comparable à de telles dépenses financières excessives, et peut devenir dévastatrice. Comme les déficits en ressources augmentent, et que les prix en ressources restent hauts, les coûts pour les nations deviennent insupportables", poursuit-il.