Lors d'une enquête de police sur des accusations de viol visant son beau-père, la police a découvert qu'une jeune fille de 15 ans avait eu des rapports consentants avec un autre homme. "Elle a été condamnée mais elle ne sera fouettée que lorsqu'elle aura 18 ans", a indiqué à l'AFP une source judiciaire s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. "Mais la peine sera appliquée immédiatement si elle le veut", a-t-il ajouté.

 

La loi de la charia

En vertu de la loi de la charia, les relations sexuelles avant le mariage sont illégales dans cet archipel de l'océan indien peuplé de 330.000 musulmans sunnites, une destination plébiscitée par les touristes fortunés et les couples occidentaux pour leur lune de miel.

 

Pour viol et meurtre

Le beau-père de l'adolescente encourt une peine d'emprisonnement de 25 ans s'il est jugé coupable de viol et de meurtre, car il est aussi accusé d'avoir tué un bébé né du viol de sa belle-fille.

 

Traumatisée après avoir été violée

La charge de relations sexuelles avant le mariage a été condamnée par des organisations de défense des droits de l'homme. Le gouvernement a de son côté exhorté la justice à la clémence envers l'adolescente, estimant qu'elle avait été traumatisée après avoir été violée à maintes reprises par son beau-père.

 

Traitée en victime et non en accusée

Le porte-parole du président Mohamed Waheed, Masood Imad, avait indiqué à l'AFP en janvier que la jeune fille devait être traitée en victime et non en accusée. Le sort judiciaire réservé à l'amant de l'adolescente n'était pas connu.

 

Fouettée en public

En septembre l'an dernier, un tribunal avait ordonné qu'une jeune fille de 16 ans soit fouettée en public pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage, en dépit des pressions de l'ONU pour que les châtiments corporels envers les femmes soient abandonnés. Son amant avait été condamné à dix ans de prison.