En ce moment
 

Serge Kubla sera auditionné aujourd'hui par la commission d'enquête Kazakhgate: quelle sera la ligne de défense?

Serge Kubla sera auditionné aujourd'hui par la commission d'enquête Kazakhgate: quelle sera la ligne de défense?
 

Cela fait deux ans que l'ancien ministre wallon de l'économie et ancien bourgmestre de Waterloo est silencieux. A partir de 1993, il était le voisin de Patok Chodiev à Waterloo, personnage centrale de cette affaire de trafic d'influence. On reproche à Serge Kubla d'avoir fait pression sur la chambre, et sur sa police locale pour faire passer le dossier de naturalisation de Chodiev. On lui reproche aussi d'avoir bénéficié d'un cadeau de son voisin. Un reportage d'Antonio Solimando pour Bel RTL.

La commission d'enquête parlementaire Kazkhgate auditionne l'ancien bourgmestre de Waterloo Serge Kubla (MR) ce mercredi à 17h. Cette séance sera la dernière du volet consacré à l'acquisition de la nationalité de Patokh Chodiev et consorts, au coeur de l'enquête des parlementaires. Les députés cherchent notamment à savoir si M. Kubla a tenté d'influencer le processus d'acquisition de la nationalité belge des protagonistes qui étaient à l'époque en négociation avec Tractebel embourbée dans un projet au Kazakhstan. Chodiev et consorts étaient connus des services belges pour leurs liens avec la mafia russe. En 2011, ils ont bénéficié d'une transaction pénale dont les modalités venaient d'être modifiées au parlement en deux temps trois mouvements. La commission d'enquête tente de savoir s'il y a eu un trafic d'influence.


Le voisin de M. Chodiev

L'enquête concerne le gouvernement, le parlement et le pouvoir judiciaire. Elle est liée à une enquête judiciaire en France relative à un contrat aéronautique de l'Elysée du président Sarkozy avec le Kazakhstan. Serge Kubla avait écrit au président de la commission de naturalisation Claude Eerdekens afin que le dossier de M. Chodiev soit traité favorablement le plus vite possible. Serge Kubla était le voisin de M. Chodiev et avait négocié avec lui une servitude d'accès à son domicile.


Quelle sera la ligne de défense?

Premièrement, il dément avoir fait pression sur la commission des naturalisations à la Chambre. Serge Kubla reconnait avoir envoyé deux lettres au président de la commission pour pousser ce dossier mais rien de plus. Il s'empresse d'ajouter que cette naturalisation a été votée par tous les partis et Chodiev est loin d'être la seule personne pour laquelle il a envoyé des courriers en commission.

Deuxièmement, il nie également les pressions sur la police de sa commune pour qu'elle remette un rapport positif sur la naturalisation de Chodiev. Selon Serge Kubla, les policiers n'étaient pas d'accord entre eux et ils renvoient à l'audition de la police des polices aujourd'hui pour y voir plus clair.

Troisièmement, sur ses liens avec Chodiev, l'ancien bourgmestre de Waterloo en parle comme d'un simple voisin dont il ignorait le passé sulfureux. Quand il a emménagé il y a 23 ans, Chodiev lui a bien cédé gratuitement une servitude de passage mais il s'agissait d'une simple officialisation d'une servitude utilisée par les Kubla depuis trois ans, explique Antonio Solimando.


Le trio kazakh

Trois juges d'instruction seront également entendus ce mercredi au sujet d'anciennes enquêtes judiciaires relatives à différents dossiers en lien avec le trio kazakh au cœur de l'enquête parlementaire. Après le 8 mars sera étudié le dossier central intéressant la commission d'enquête, celui des circonstances dans lesquelles a été votée et appliquée la transaction pénale élargie. 

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos