Le meilleur bourgmestre du MONDE est belge: "Tout le monde doit s’intégrer, pas seulement les allochtones"

 

Le meilleur bourgmestre du monde en 2016 est belge. C'est en tous cas la conviction d'une organisation basée à Londres et qui décerne ce prix tous les 2 ans. L'heureux élu, c'est Bart Somers, le bourgmestre Open VLD de Malines. Il est récompensé pour avoir littéralement "transformé" sa ville, notamment en ce qui concerne l'intégration des migrants. Eric Van Duyse et Guillaume Wils se sont rendus sur place pour le RTLINFO 13H.

Sur la Grand-Place de Malines, pas moyen de l’ignorer, on est fier de son bourgmestre, le meilleur du monde ! Avec lui, il fait bon vivre dans la ville : des rues calmes, propres, et des habitants heureux des changements opérés par Bart Somers depuis son entrée en fonction. C’était en 2001. "Il y a 10 ans, la ville de Malines n’avait l’air de rien, et maintenant, vous voyez ici, ils ont quand même fait un grand effort pour le centre de Malines, qui devient un centre intéressant", réagit Jef Van Hout, habitant de Malines.
"Il a beaucoup de mérite, parce que c’est un bourgmestre qui fait tout pour le peuple de Malines, et c’est agréable de vivre à Malines, c’est toujours propre", réagit Marina Coosmans, une autre habitante.


"C’est un prix pour tous les Malinois"

Bart Somers est donc un bourgmestre comblé. Le prix est remis tous les deux ans par une association basée à Londres. En 2015, le lauréat était le maire de la ville canadien de Calgary. De quoi être fier, mais le triomphe reste modeste: "Je ne suis pas fier pour moi, je sais qu’il y a beaucoup de bourgmestres qui sont mieux que moi, mais je suis fier pour Malines, parce que c’est un prix pour tous les Malinois, qui essayent de créer une ville optimiste, positive, cohérente".


"Tout le monde doit s’intégrer, pas seulement les allochtones"

Il y a à Malines 138 nationalités différentes. Cette année, l’association londonienne voulait récompenser un maire investi, avec sa communauté, dans l’accueil des réfugiés et l’intégration des migrants. Ici, la radicalisation ne passe pas. Aucun jeune n’est parti en Irak ou en Syrie. "Tout le monde doit s’intégrer, pas seulement les allochtones, les autochtones aussi doivent s’intégrer dans la réalité du XXIe siècle, d'aujourd'hui, qui est une réalité de diversité, de multiculturalisme".

Ouverture et sécurité, tolérance et respect des règles: la recette pour propulser un bourgmestre au sommet de sa profession.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos