En ce moment
 

Gilles fait partie de notre équipe nationale de pêche: il nous fait découvrir sa discipline (vidéo)

 

Pêcher ne sert pas seulement à se détendre ou à se nourrir. C'est aussi pour certains un véritable sport. Des compétitions sont d'ailleurs régulièrement organisées. Exemple à Écaussinnes, qui acceuille ce week-end, le 64ème championnat du monde de pêche. Avec 38 nations inscrites dont la Belgique. Ils sont 5, dans cette équipe, à défendre nos couleurs.

Derrière le calme apparent se cachent des techniques bien développées et répétées à Écaussinnes. Depuis près d'une semaine, nos champions préparent la compétition mondiale avec une discipline précise. 

"C'est la technique de pêche au coup (pêche à la longue canne). On pêche du poisson blanc, des gardons, brèmes,...", explique Gilles Lacroix, pêcheur pour l'équipe nationale belge. "On peut pêcher jusqu'à 13 mètres sur le championnat du monde."

Depuis quelques jours, Gilles a intégré l'équipe belge. Il fait partie des cinq pêcheurs sélectionnés. Des experts qui doivent avant tout apprendre à connaître le site. La qualité première dit-on.


Un matériel qui avoisine les 8000 euros 

"La chance, il en faut au tirage au sort mais il faut quand même des qualités de pêcheurs. Il faut savoir analyser le parcours, les eaux, voir les poissons qui sont sur le parcours,...", explique Gilles.

En Belgique, les membres de l'équipe nationale sont tous des amateurs contrairement à d'autres pays comme le Royaume-Uni. Les aides principales sont des sponsors pour un matériel qui avoisine les 8000 euros. Un coach est également présent pour l'encadrement.

"Je pense qu'avec un ou deux entraînement en plus la semaine, on serait certainement encore plus forts et on apprendrait plus de choses", estime Geoffrey Duquesne, pêcheur pour l'équipe nationale belge.

Considérés comme sportifs accomplis, les pêcheurs seront soumis à des contrôles antidopage ce week-end. 

 

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos