En ce moment
 

Pourquoi un tel dispositif de sécurité à Mons pour le procès de 29 motards ?

 

Un vaste dispositif de sécurité a été mis en place mercredi au palais de justice de Mons situé dans le haut de la rue Nimy en raison de l'ouverture du procès de deux bandes de motards rivales, les Hell's Angels et son groupe dissidents, les No Surrender.

50 policiers assurent la sécurité des accès. Autopompes, chiens policiers et hélicoptères quadrillent le centre de Mons. Pourquoi un tel déploiement ? "On a reçu des informations laissant entendre que les choses ne se passeraient pas correctement", a expliqué Philippe Borza, commissaire de la Zone de Police Mons-Quévy dans le RTL info 13h. "Des menaces de rassemblement, de migration de certains groupes de motards qui viendraient ici, sur Mons". 

Que leur reproche-t-on ?

Au total, ce sont 29 prévenus qui comparaissent ensemble devant la justice montoise dans le cadre de deux dossiers distincts, car elle estime qu'ils sont liés d'une manière ou d'une autre. 

Ils seront jugés devant le tribunal correctionnel pour tentative de meurtre, trafic d'armes et participation à une organisation criminelle. 

Devant la justice, à l'intérieur de la salle, les deux bandes rivales se font face. 

Procédures

Outre le dispositif de haute sécurité installé, le début du procès a été marqué par des problèmes de procédure soulevés à l'audience par les avocats de la défense.

Selon toutes vraisemblances, le procès s'ouvrira néanmoins au fond dès le 6 novembre devant le tribunal correctionnel de Mons où le réquisitoire du ministère public est prévu pour quatre heures.

Les plaidoiries de la défense sont attendues les 7, 8 et 9 novembre.

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos