La Belgique s'apprête à léguer une partie de son territoire aux Pays-Bas

 

Un petit morceau de frontière devrait être redessiné près de Visé, en province de Liège. Il s'agit de l'aboutissement d'un dossier vieux de 30 ans. L'objectif est de lutter contre le trafic de drogues. Frédéric Matriche et Julien Rawet ont tenté d'en savoir plus.

La Belgique s'apprête à léguer 14 hectares de son territoire aux Pays-Bas afin de mieux lutter contre le trafic de drogues. L'endroit concerné se trouve derrière le port de plaisance d'Eijsden aux Pays-Bas. Il s'agit d'une bande de terre de 300 mètres entourée d'eau sans aucune habitation. C'est un véritable paradis pour les amoureux de la nature. Mais la frontière doit être redessinée car le trajet de la Meuse a changé avec les années.

La frontière (en jaune) correspond à l'ancien tracé du fleuve.

Mais la Meuse est plus rectiligne aujourd'hui, d'où cet échange. Quelques hectares sur le site de l'écluse de Lanaye (en blanc) reviennent à la Belgique.

paysbas3

Les Pays-Bas récupèrent 14 hectares de réserve naturelle (en orange).

bas

Cette modification arrange bien les policiers. En cas d'intervention, ils doivent traverser la Meuse en bateau car ils ne sont pas autorisés à traverser les Pays-Bas.


"Un no man's land"

"On a constaté que sur cette presqu'île il y avait des consommateurs de stupéfiants qui agissent en toute liberté. C'est un no man's land. Les Hollandais ne peuvent pas y aller et nous nous sommes dans l'impossibilité de pouvoir y accéder parce qu’il nous faut un canoë", a expliqué Luc Manguette, policier de la zone Basse-Meuse à Frédéric Matriche pour RTLinfo 13h.

Grâce à cette nouvelle frontière, la police des Pays-Bas pourra intervenir. Les provinces belges et hollandaises sont d'accord. Les deux ministres des Affaires étrangères et les deux parlements doivent encore accepter cette décision.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos