Youssef retrouvé grièvement brûlé en France: "On ne sait pas combien de temps la voiture est restée là"

La%20famille%20de%20Youssef%20Akantayou%20a%20pu%20le%20rejoindre
Disparition%2520de%2520Youssef%2520Akantayou%253A%2520derni%25C3%25A8res%2520infos%2520en%2520direct
539264
 

Un homme qui est vraisemblablement Youssef Akantayou, ce Taminois de 24 ans disparu depuis vendredi après-midi, a été retrouvé en vie mais grièvement brûlé le long de l'autoroute A9 en France, a indiqué mardi après-midi le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq.

Youssef Akantayou, ce Taminois de 24 ans disparu depuis vendredi après-midi, a été retrouvé en vie, mais grièvement brûlé le long de l'autoroute A9 en France lundi. On ne sait toujours pas comment ni pourquoi. "Les parents de Youssef ont quitté Tamines ainsi que deux de ses sœurs pour rejoindre leur fils, leur frère à Montpellier où il est hospitalisé. Il se trouve actuellement dans un état critique, brûlé à 90%", a précisé Christophe Clément pour RTL TVi. Hier, le parquet de Namur laissait entendre que son pronostic vital était engagé, il a d'ailleurs été plongé dans un coma artificiel. Le parquet de Namur, tout comme la gendarmerie française, ne donne aucune précision ce mercredi matin, préférant attendre la fin de la procédure d'identification administrative.


"Les premières équipes ont attaqué la voiture (…) avant de découvrir en contre-bas la victime qui était à 5 ou 6 mètres de la voiture"

Notre journaliste Christophe Clément a été en contact avec Jean-Pierre Cirès, commandant des sapeurs-pompiers de Sigean, qui a participé à l'intervention visant à sauver Youssef. "Les premières équipes ont attaqué la voiture (…) avant de découvrir en contre-bas la victime qui était à 5 ou 6 mètres de la voiture. Ils ont appelé des renforts, une ambulance et un médecin. C'est une aire qui n'est pas trop fréquentée donc on ne sait pas combien de temps la voiture est restée là", lui a-t-il expliqué.


Les évènements se sont enchaînés

Lundi soir encore, aucune piste n'était privilégiée. Le GSM du jeune homme n'était plus actif depuis vendredi et les enquêteurs n'avaient pas la moindre trace. Mais mardi midi, les événements se sont enchaînés. La police française a averti les autorités belges que la voiture de Youssef Akantayou avait été retrouvée carbonisée la veille en fin d'après-midi le long de l'autoroute A9 dans la région de Narbonne en direction du sud de la France. "Les choses ont pris une tournure dramatique. Les enquêteurs ont retrouvé un véhicule incendié près de Narbonne. Le corps de Youssef se trouvait à proximité", a indiqué Vincent Macq, procureur du Roi de Namur lors d'une conférence de presse du parquet de Namur qui s'est tenue mardi après-midi. Le jeune homme a été hospitalisé à Montpellier et est plongé dans le coma. 80 à 90% de la surface de son corps a été brûlée.


Pour la famille, c'est l'incompréhension

Des devoirs d'enquête sont en cours pour comprendre ce qui s'est passé. Son véhicule se trouvait sur une aire d'autoroute et il n'y avait plus de carte Sim dans son téléphone portable. Les enquêteurs français et belges travaillent ensemble sur le dossier. Le procureur du Roi de Namur a ajouté que "la thèse de l'accident n'est à l'heure actuelle pas exclue".

Pour la famille du jeune homme, "c'est l'incompréhension", a ajouté Vincent Macq. "Le jeune homme venait de se marier il y a trois semaines. Il rentrait à peine d'un voyage de noces en République Dominicaine. Il avait un emploi stable et venait d'acheter une maison à Liège. Jamais sa famille n'aurait imaginé un tel scénario", a précisé notre journaliste Christophe Clément en direct du RTLinfo19h.

"Le parquet a aussi catégoriquement démenti la rumeur selon laquelle le jeune homme préparait un voyage en Syrie", a conclu Christophe Clément.


Son téléphone n'émettait plus de signal depuis vendredi

Youssef, jeune Taminois de 24 ans, avait disparu vendredi. La disparition avait immédiatement été jugée inquiétante. Ce conducteur de chariot élévateur avait été localisé pour la dernière fois près de la E42 à Sambreville, vendredi. Son GSM avait ensuite cessé d'émettre.

Peu de temps après sa disparition, des battues et des recherches par hélicoptère avaient été menées notamment dans une zone de cinq kilomètres, le long de l'autoroute E42, là où la téléphonie avait permis de le localiser la dernière fois. Ces recherches de terrain n'avaient rien donné. Les enquêteurs de la Cellule disparition s'étaient également concentrés sur l'audition des membres de la famille, des amis et des collègues de travail et avaient retracé ses dernières activités et ses derniers contacts pour comprendre si quelque chose pouvait justifier cette disparition.

Vos commentaires

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

vidéos